[Retour ŕ la liste]


Syrie, Peste ou Cholèra, que choisir ? le 14/09/2013 à 10h41

Syrie : Peste ou choléra ?

 Faut-il soutenir un dictateur sanguinaire qui n’hésite pas à gazer son peuple mais qui est garant de la laïcité et de l’existence des minorités dans son pays, ou porter assistance et aide aux insurgés qui veulent le renverser même si ces derniers sont infiltrés par les combattants d’Al Qaida et les Jihadistes de tous bords qui demain n’hésiteront pas un instant à retourner leurs armes contre leurs compagnons d’armes d’aujourd’hui  afin d’établir le chaos comme en Iraq en Egypte et en Lybie. ?

En écrivant ce qui précède, je ne veux pas dire qu’il ne faut pas tout faire pour renverser les dictateurs ! Mais je pense que les occidentaux dans leurs plans pour la Syrie ont commis deux erreurs majeures :

La première Ils n’ont pas agi rapidement avant que la situation pourrisse en aidant les insurgés de l’armée libre pour renverser Assad avant que les jihadistes s’infiltrent et arrivent de toutes parts

La deuxième erreur, ils n’intègre pas dans leur plan l’après dictature ! Comme s’ils se disent : renversons le dictateur après on verra ! Ils agissent comme un aiguilleur du ciel qui, une fois l’avion décolle, éteint son écran radar sans se soucier de la suite.

Ce qui me surprend le plus, c’est que ces pays qui veulent comme ils le disent établir un nouvel ordre mondial, ne tirent aucune leçon de leurs précédents échecs.  On se souvient tous de l’implication de la France dans la chute du Chah d’Iran. C’est sous un arbre à Neauphle-le-château où sous l’œil bienveillante des autorités françaises que Khomeiny attisait le feu de sa révolution. Et si ma mémoire ne me fait pas défaut, c’est dans un avion Air France mis à sa disposition par les autorité françaises qu’il avait regagné Téhéran.

Quant au bourbier Irakien il est inutile que je vous le décrive. Vous le savez aussi bien que moi.

Je termine par une triste métaphore Les Etat Unis, et la France sont comme un infirmier qui veut injecter un antibiotique pour soigner la fièvre d’un malade l’infecte en lui transmettant le virus du Sida

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 14/09/2013

[Retour]