"TISSOUFRA N'OUDGHAR"

Tissoufra n'oudgar vous permet un accès direct à diverses rubriques de l'ancien site. 
Ali Ouidani
- 1 - 2 - 3 -

Il était une fois la fraternité (par Brahim Wagmis) le 02/11/2012 à 14h34

Récit fictif. Toute ressemblance avec qui que ce soit est une pure coïncidence.

Il n'y a de cela que très peu de temps; la vie était encore simple et modeste, mais décente. Mon frère et moi vivions sous le même toit, nous dormions au même endroit et nous nous couvrions d'une même couverture, l'une des peu qui existaient dans le coin sombre de notre chambre exigüe et sans fenêtre; mais qui recevait sa part de lumière à travers la lucarne qui permettait aux rayons solaires d'éclairer le hall de la maison. Les couvertures étaient rangées sur une vieille table; les plus neuves étaient réservées aux invités; quant à l'ancienne armoire qui contenait nos vêtements, nos haillons, elle occupait l'autre coin de la pièce et ne nous laissait qu'une très petite place ou on se serrait toute la nuit. Mon frère et moi, on se

... [lire la suite]

Vachette mais pas vache ! le 14/10/2012 à 19h00

La sècheresse sévit depuis plusieurs mois sur le pays, l’herbe commence à manquer et la désertification commence à faire ses effets sur cette plaine de l’Atlas. Les oiseaux n’ont pas attendu que la famine frappe la plaine pour s’envoler vers d’autres endroits plus généreux. Le dernier à avoir quitter la plaine est le hibou qui a fait une pirouette en signe d’adieu au dessus du chacal et du renard qui erraient dans les parages à la recherche de quelque chose à mettre sous la dent.

- Pourquoi n’irons-nous pas kidnapper le petit veau qu’Espérance a mis bas la semaine dernière propose le renard au chacal ?. cela nous permettra de bien manger et même d’en garder pour plusieurs jours.

- Espérance, la jeune vachette est méfiante répondit le chacal. Elle ne se sépare jamais de son petit. Comment allons-nous

... [lire la suite]

Comment recrédibiliser les décisions de justice le 30/08/2012 à 13h28

 Hammou Mestour est magistrat honoraire et ancien président  de la Cour d’appel de Casablanca     

La prise à partie du magistrat c’est-à-dire la possibilité d’engager directement en justice sa responsabilité personnelle en cas de faute lourde est offerte uniquement dans les cas suivants limitativement fixés par l’article 391 du Code de procédure civile:
- S’il y a eu dol, fraude, concussion  qu’on pourrait imputer soit à un magistrat du siège dans le cours de l’instruction ou lors du jugement, soit à un magistrat du ministère public dans l’exercice de ses fonctions.
- Si la prise à partie est expressément prévue par une disposition législative.
- Si une disposition législative déclare les juges responsables à peine de dommages-intérêts.
- S’il y a déni

... [lire la suite]

Notes d’un voyage à Iskenderun (*) Par Moulay Larbi RAJI le 23/04/2012 à 13h56

J’avais pris le large pour la Turquie, en juin quatre vingt-treize, à bord du M/T « Azzahraoui » : un navire phosphoriquier ainsi baptisé pour remémorer l’apologie de la science en Andalousie du temps d’«Alazahravius», célèbre médecin arabe qui avait contribué à faire avancer la médecine au onzième siècle, grâce à son fameux traité de chirurgie et d’obstétrique.

Cette expédition maritime, fort intéressante et riche d’enseignements, m’avait permis non seulement de partager dans une certaine mesure la façon de vivre des marins pendant un bon bout de temps, mais surtout d’aller en croisière, en voyage d’étude à bord de ce navire. J’en donne ci-après un aperçu.

J’avais mission de concréter le dispositif réglementant certains

... [lire la suite]

Moulay Larbi RAJI le 23/04/2012 à 13h53

Cette toile de fond sur laquelle se profile mon village

En allant d’Errachidia à Goulmima, on ne mettrait pas plus de trois quarts d’heure pour arriver à un virage annonçant une descente abrupte. L’interminable désert fait soudainement place à une vallée drue de verdure. L’oasis de Ghriss apparaît magnifiquement, dominée d’un côté par une montagne décharnée, donnant l’impression de n’être là que pour supporter « Talborjt », un vestige des vieilles luttes tribales qui ne répugne pas à surveiller la palmeraie : une tour dont il ne reste plus qu’un vieux pan à demi écroulé, et encore aussi terne! Et d’un autre, en direction de Tinejdad, s’étend une vaste dépression d’un gris sombre, dévorée de soif. Au milieu du paysage, l’étroite et longue

... [lire la suite]

Nice, visite de la vieille ville par Mohamed Boufous le 16/11/2011 à 16h33

Poursuivant mon séjour à Nice, je me suis rendu le 14/11/11, à la vieille ville, par mini train touristique qui se gare chaque matin dans la balade des Anglais en face de la plage. C'est à mon avis le meilleur mayen de visiter rapidement une partie de la ville et de faire connaissance avec ses différents quartiers. La vieille ville de Nice est pitoresque par ses vieilles maisons, ses ruelles, ses monuments, ses sources d'eau et ses places publiques qui se succèdent mais ne se ressemblent pas.

Avant d'engager ce petit voyage si riche et si instructif, je suis allé au Bureau de l'Office du Tourisme pour avoir des renseignements sur les sites à visiter et les promenades à faire. Après m'avoir donné une mine de renseignements, une secrétaire très au fait de tout ce qui concerne sa ville, m'a offert avec un large sourire, une grosse brochure intitulée: "Nice, la lumière naturettelement".

En

... [lire la suite]

Les études secondaires au collège (Par Mohamed Boufous) le 07/11/2011 à 08h13

... J'étais toujours classé premier de la classe, en langue française. Mon cahier de rédaction n'a jamais démérité. Mais ce n'était pas le cas pour l'arabe, les mathématiques, la physique et les matières scientifiques en général. La langue arabe était enseignée par un professeur moderne originaire de Fès. Il était de courte taille, malicieux et plein d'humour. Il nous racontait des histoires "fassies" avant de commencer son cours. Cela lui donnait l'occasion de se moquer de notre accent qu'il comparait souvent à celui des Rifains et des Jbalas, mais en contrepartie il accomplissait son travail à merveille et faisait tout ce qu'il pouvait pour nous perfectionner dans cette matière. Nous avions des cours de grammaire, de thèmes et de versions et de culture arabe en général. Grâce à lui j'ai pu améliorer mon niveau

... [lire la suite]

L'astuce d'Amghar le 23/12/2010 à 08h31

L'astuce d'Amghar

Bassou ou Ali était un home sage qui habitait le Ksar d’Ait Bou Izm à Semgate. Pour rappel Samgate est composé de sept ksours qui constituent Amellago.

Depuis le décès de Hro qui occupait la fonction d’Amghar, Semgate était resté sans chef, Ce qui encourageait certaines personnes indélicates à procéder à des vols dans les champs et tout particulièrement le fauchage de la luzerne.

Les représentants de ces Ksours après avoir passé en revue toutes les personnes susceptibles d’occuper la fonction d’Amghar, avaient fini par porter leur choix sur Bassou ou Ali.

Ils décidèrent d’aller lui rendre visite chez lui afin de le convaincre d’accepter la fonction d’Amghar

Bassou reçu la délégation avec tous les égards que ces notables méritent. Il fut ému par son nombre et sa qualité.

... [lire la suite]

Anfgou. Espace de la mémoire amazighe Par : Moha Moukhlis le 22/06/2010 à 17h28

Le témoignage de l’aède amazigh est édifiant et fournit une base au sens étymologique de cette bourgade enclavée du Maroc Central :
Id afgu ar ad utgh, mid ism nnes as ra neghr i wesmun ad iffgh ixamen
Devrais-je “siffler” ou l’appeler par son nom, pour que mon bien aimé sorte des tentes ?
ANFGOU est donc synonyme de « sifflement », moyen de communication et de dialogue entre amants.
Et l’expression figée confirme :
Da ikkat afgou : il « siffle ». Siflement utilisé par les « trappeurs » pour imiter le cri de la chouette qui mobilise les lévriers, objets de la chasse.
Afgou serait donc le sifflement et ANFGOU, « lieu qui siffle ou de sifflement ». Car, situé à l’entrée d’une vallée où le vent « siffle » régulièrement. Voici donc pour l’étymologie de la bourgade amazighe.

... [lire la suite]

Les Ghrissois d'ici et d'ailleurs le 19/04/2010 à 18h24

Espace dédié aux Ghrissois qui se sont distingués par leur réussite ou leur créativité

* Le notable : Lmou3ayyine, par Moha Khettouch

* Le mariage en milieu Aït Yafelmane, par Moha Khettouch

* Vers l'épopée de Saghro, par Moha Khettouch

* Ecchimoses, par Hamid Kachmar

* Aqqa n'wujjan, par Hamid Kachmar

* Un artiste ghrissois à Washington, par Hamid Kachmar

* Aït Ukham, par Moha Khettouch

* Ahidous n'Iqabliyn, par Zaïd Ouchna

* La peinture, ce bonheur complexe, par Aïcha Arji

* Ainsi parlait le sud-est : Takarfiyte, par Nourdine Baoudra

* Aghrum n'ihaqqarne, par Lhoussine Azergui

* Agueldune amazzane, par Lahbib Fouad

* Le sommeil du poète, par Mohamed Rachdi

* Timilla, par Mustapha Jlok

* H'mmu Kemous, Times, pointure de la musique amazighe

 


- 1 - 2 - 3 -