"TISSOUFRA N'OUDGHAR"

Tissoufra n'oudgar vous permet un accès direct à diverses rubriques de l'ancien site. 
Ali Ouidani
- 1 - 2 - 3 -

Contes d'Ali Ouidani le 17/03/2016 à 15h31

Avertissement: Les contes restent la propriété de leur auteur. Toute exploitation à usage commercial ou mercantile est strictement interdite. 

(Cliquer sur le titre pour lire le conte)

Le destin de Titrite

De Goulmima à Ashqelone

Sfia la Courtisane

Tachichawte N'worgh


Suite aux insultes proférées par un Imam d'Oujda le 08/03/2016 à 02h46

Il est à mon avis urgent de s’interroger sur les propos de certain responsable qui font l’opinion, ou qui occupent et animent la scène politique marocaine. Commençons par poser quelques bornes : « Au Maroc, il existe une ethnie pingre, les amazighes », « De quoi et comment vit un Soussi ? », « La langue Tamazight est la langue des chikats !». Notre propos, dans ce texte, n’est nullement de répondre mais de se questionner : Quelle est, pour les Marocains, l’utilité ou l’apport de ce genre de discours ? Dans la situation de crise idéologique la parole est un rapport social qui en impose aux autres, à ceux qui ne savent pas parler. L’homme n’est homme que parce qu’il parle. Et cet homme qui parle inscrit son discours dans un ensemble de règles et de calculsqui lui confèrent une position

... [lire la suite]

L'Etat marocain contre l'Amazighité (Par Moha Mokhlis) le 03/03/2016 à 19h02

Etat nation jacobin, centralisateur hérité du colonisateur, notre pays s’est édifié idéologiquement sur des mythes arabo-islamiques obsolètes et anachroniques, conforté par une répression et une négation qui ont fait de l’amazighité, identité, langue et culture, l’ennemi à abattre. Monolithique par essence et totalitaire dans ses fondements, l’Etat marocain a adopté une politique d’exclusion et de discrimination vis-à-vis de l’amazighité et de ses dépositaires. L’esclavagisme enrobé de religion. Le racisme et le mépris, affichés ostensiblement à l’égard de l’amazighité, ont inhibé les consciences, éreintées par les effets dévastateurs de la colonisation que les amazighes ont subi de plein fouet, formatées par un discours politique cynique, une école

... [lire la suite]

Texte de Mr Brahim Kouch le 26/04/2015 à 20h58

Bonjour Monsieur Ouidani. Le tableau possède une chaleur directe et irremplaçable ; c’est du vécu. Le cortège nuptial, composé de ma femme, ma mère, moi l’homme d’Etat et de mes enfants, allait demander ma deuxième femme ; elle aussi femme d’Etat. Quoi de plus normal ; c’est l’amour divin qui ne se commande pas ; c’est le qadarisme qui rappelle à l’homme qu’il n’est rien par lui-même ? Le cortège prestigieux scintille par son être ensemble ; cercle enchanté où des petits enfants et leur grand-mère dansent et claquent le tambourin en chantant : « Nous allons demander la main de la femme de …notre père, de notre fils, ou de mon mari ?! » Qui ne s’amuse pas en regardant ce tableau, malgré sa noirceur sociale et son outrance idéologique

... [lire la suite]

L'Amazighite en devenir le 26/03/2015 à 17h44

 

L’AMAZIGHITE EN DEVENIR …

Par Mohamed EL MANOUAR

 

PRELUDE…

 

«  Montrez-moi un héros, et je vous écrirai une tragédie » 

Francis Scott Fitzgerald

Comme écrivait Nietzsche : « Il y a toujours un peu de folie dans l’amour, bien qu’i y ait toujours un peu de raison dans la folie. »

C’est cette idée folle conjuguée à l’amour pour Tamazighte qui m’avait prise, m’avait hantée ; je ne saurai ni pourquoi ni comment ? J’étais subjugué par l’idée d’enregistrer, d’immortaliser les propos d’un grand personnage pour qu’ils restassent, autant que possible, dans le patrimoine de l’humanité, de l’éternité, de la permanence de ce que nous sommes et peut-être resterons

J’allais

... [lire la suite]

Cela serait arrivé il y a 66 ans ! (Source : Zamane) le 05/01/2015 à 08h57
Chekivara_fmt

Le plus célèbre révolutionnaire au monde s’est rendu au Maroc en 1958. Entre mise en résidence surveillée et soupçons de détournement d’avion, le mystère reste entier sur une visite qui aurait pu tourner au scandale diplomatique.

Par Reda Mouhsine

Janvier 1959. Le fraîchement nommé ambassadeur du Maroc au Caire organise une réception dans les locaux de la représentation diplomatique marocaine. Abdellah Ibrahim, également tout nouveau président du Conseil, s’occupe de la réception des invités au perron de l’ambassade. À sa grande surprise, le chef du gouvernement aperçoit le leader rifain Abdelkrim Al Khattabi dont la visite était imprévue. S’il ne s’apprêtait pas à recevoir la légende rifaine, connu pour ses réserves vis-à-vis des nouvelles autorités marocaines, Abdellah

... [lire la suite]

Sakkou (par Moha Moukhlis) le 22/12/2014 à 13h10

En mémoire à Sakkou

Par : Moha MOUKHLIS (22/12/14)

Je récidive pour témoigner d’une mémoire collective, celle d’un poète amazighe de Goulmima, du Sud Est précisément, qui a vécu, égal à lui-même, sans compromissions aucune, qui continue de nous inspirer. Sa poésie nous sert de repères.  

Poète amazighe du Sud Est, décédé le  le 7/12/2006, subitement, devront nous dire. Il vécut telle une météorite qui a traversé notre ciel ombragé. Il a assumé son rôle d’éclaireur et de visionnaire. Un Rebel qui a refusé la domestication tentante d’un pouvoir liberticide. Et il l’exprime dans ses vers éternels qui nous poussent à nous regarder devant le miroir, chaque matin que le bon Dieu fait,  en politique mais aussi en sagesse, une sagesse

... [lire la suite]

Issly amass n'oumda ! le 15/10/2014 à 12h52

La discrimination négative

Avez-vous remarqué que les médias français (chaines tv), lorsqu'elles traitent un sujet religieux invitent certaines personnes genre Zemmour, B.H.Lévy qui sont connues pour le islamophobie et contre tout ce qui est arabe. Et si elles leur arrivent d'inviter un islamologue, elles font appel à un musulman, elles choisissent un calibre moyen ou faible et évitent des calibres genre Tariq Ramadane, Malek Chabel et bien d'autres !

Ali Ouidani Goulmima


Le nationalisme arabe ou panarabisme (par Moha Oustouh) le 21/02/2014 à 16h36

Ce concept est apparu peu avant le début du 20ème siècle chez l’élite syrienne citadine au contact de leurs concitoyens intellectuels chrétiens formés dans les écoles des missionnaires protestants et catholiques du Liban. Ces intellectuels chrétiens ont cherché à valoriser le passé glorieux de la littérature arabe médiévale pour montrer l’unité des peuples arabophones quelle que soit leur religion et pour mieux enraciner les communautés chrétiennes dans leur environnement arabe. Une nouvelle génération d’intellectuels libanais chrétiens  appelle  leurs concitoyens de la grande Syrie à s’émanciper du joug ottoman en luttant contre le climat d’oppression créé par le sultan Abdulmamid II. Mais ce mouvement nationaliste est majoritairement chrétien car les arabes

... [lire la suite]

L'école du village (par My Larbi Raji) le 03/04/2013 à 18h27

L’école du village

 

Située au milieu d’un paysage tranquille, à l’écart du village, l’école primaire qui se présentait comme une construction bâtie en pisé, confine aux jardins de la palmeraie. Elle était d’un brun terreux, et entourée d’une grande cour ; elle était facilement reconnaissable aux hauts palmiers qui dominaient les murs d’enceinte du côté du sud-est. Une de ces pluies impétueuses l’avait pratiquement démantelée ces dernières années en emportant maisons, animaux, arbres, comme elle n’avait pas manqué de pourrir les cultures. Le terrain qu’occupait cette école avait été concédé à une autre institution publique qu’on avait érigée juste à côté. De cette ancienne école, qui a disparu

... [lire la suite]

- 1 - 2 - 3 -