[Retour]


RWADA LE CANDIDE

 

LES HOMMES DE MON KSAR
Rwada, le candide !
Je suis gagnant quelque soit le résultat.  C’est la réponse qui m’a été faite lorsque j’ai demandé à un ami qui a la double nationalité (tuniso-belge),quelle est l’équipe qu’il préfère qu’elle gagne lors de leur confrontation au mondial.
Mon ami m’a fait une réponse qui m’a rappelé feu Rwada. Je vous raconte son histoire :
Feu Rwada (que son âme repose en paix) était un homme du Ksar de Goulmima. Il avait un minuscule local au village où il vendait des beignets qui étaient d’ailleurs très appétissants. Lors du conflit algéro-marocain de 1963, le Champêtre (chanbite) est allé demander à Rwada d’aller s’inscrire auprès des autorités en tant que volontaire pour aller rejoindre à la frontière les partisans volontaires. Rwada renvoya sans management le Champêtre et ce dernier alla raconter ce qui s’est passé au Caïd. 
L’Agent d’autorité envoya un Mokhazni ramener d’urgence Rwada.
Dans son bureau et sans l’inviter à s’assoir le Caïd demanda à Rwada pourquoi il refuse de s’inscrire comme les autres hommes pour défendre le pays ?
Candide comme il était, Rwada lui répondit:
Moi je ne suis qu’un marchand de beignets. Vous, vous voulez vous battre avec les algériens; que Dieu vous aide, c’est votre affaire. Moi je reste à ma place. Si vous les battez je continuerai à vous vendre mes beignets. S’ils vous battent c’est à eux que je les vendrai !
Sacré Rwada !
RWADA LE CANDIDE !
Je suis gagnant quelque soit le résultat.  C’est la réponse qui m’a été faite lorsque j’ai demandé à un ami qui a la double nationalité (tuniso-belge),quelle est l’équipe qu’il préfère qu’elle gagne lors de leur confrontation au mondial.
Mon ami m’a fait une réponse qui m’a rappelé feu Rwada. Je vous raconte son histoire :
Feu Rwada (que son âme repose en paix) était un homme du Ksar de Goulmima. Il avait un minuscule local au village où il vendait des beignets qui étaient d’ailleurs très appétissants. Lors du conflit algéro-marocain de 1963, le Champêtre (chanbite) est allé demander à Rwada d’aller s’inscrire auprès des autorités en tant que volontaire pour aller rejoindre à la frontière les partisans volontaires. Rwada renvoya sans management le Champêtre et ce dernier alla raconter ce qui s’est passé au Caïd. 
L’Agent d’autorité envoya un Mokhazni ramener d’urgence Rwada.
Dans son bureau et sans l’inviter à s’assoir le Caïd demanda à Rwada pourquoi il refuse de s’inscrire comme les autres hommes pour défendre le pays ?
Candide comme il était, Rwada lui répondit:
Moi je ne suis qu’un marchand de beignets. Vous, vous voulez vous battre avec les algériens; que Dieu vous aide, c’est votre affaire. Moi je reste à ma place. Si vous les battez je continuerai à vous vendre mes beignets. S’ils vous battent c’est à eux que je les vendrai !
Sacré Rwada !

 

[Retour]