[Retour]


RAMENE-MOI LA LUNE !

RAMENE MOI LA LUNE !

A Tamaloute N’ijgal le roi Hro régnait sur la centaine de hameaux qui constituaient son royaume. Ses Sujets le vénéraient comme un dieu il faut reconnaître que le roi rendait autant d’amour aux habitants de Tamaloute. Son royaume était enclavé et coupé du monde mais il était le seul à exonérer ses sujets de Tartib (impôts) transformant ainsi son royaume en un paradis fiscal. D’ailleurs les Princes d’Andorre, de Monaco, du Luxembourg et des îles vierges avaient envoyé des missions pour s’inspirer du modèle fiscal de Tamaloute.

Le roi Hro avait une fille d’une beauté sublime nommée Aicha, que la population surnommait Taghbaloute (petite source) comparant la blancheur et la clarté de sa peau à l’eau limpide qui sortait de leur source. Alain un des envoyés du prince d’Andorre à Tamaloute tomba amoureux de la jeune berbère lors de sa visite d’information demanda la main je la jeune princesse au roi. Hro accepta la demande d’Alain après avoir pris l’avis de sa fille mais exigea qu’Alain se convertisse à l’islam et prenne un prénom musulman. Ainsi une fête de circoncision fut organisée dans le petit royaume et Alain prit le nom d'Ali !

A la mort de Hro le problème de la succession se posa, car le roi n’avait pas d’héritier mâle et la constitution du royaume ne permettait pas aux femmes de devenir reines; excluant ainsi toute possibilité pour Aicha de succéder au trône de son père. Après une réunion ininterrompue de deux journées du conseil constitutionnel du royaume, les habitants de Tamaloute virent enfin la fumée blanche sortir de la cheminée de Tadarte de Aâmi Moha ils comprirent alors que la solution de la succession a été trouvée par les sages réunis en conclave. D’ailleurs c'est de Tamaloute que les chrétiens s’étaient inspiré pour la désignation de leurs papes en réunissant au Vatican les cardinaux en conclave! 

Les sages N'Tmazirte avaient choisi Ali pour succéder à leur roi défunt

Ali fut un très bon roi pour son peuple, il mit en place la Touiza et Asroute s’tsardane et le curage de la seguiya une fois par an par tous les adultes du royaume. Il accorda à la femme le droit de maternité avec droit si elle le désire de donner son nom à sa progéniture (Ali n’Itto, Haddou n’Aicha …etc.) et instaura la fermeture des prisons durant la période des récoltes. Sa femme Aicha lui procurait beaucoup de plaisir et l'entourait de toute son affection Chaque soir il lui racontait des histoires de la principauté d’Andorre il lui parlait des océans et des mers, d’avions et de trains, et Aicha écoutait les contes de son mari tout en fixant ses yeux verts dont elle est tombée amoureuse dès leur première rencontre. A la seconde année de mariage deux jumeaux vinrent égayer le foyer royal, la fille fut nommée Toufitri et le garçon Amenay.

Après cinq années de règne Ali sollicita de la jmaâ (assemblée tribale) l’autorisation de s’absenter deux mois afin de se rendre à Andorre et voir ses parents. La permission de la jmaâ fut conditionnée par l'accord préalable de Taghbaloute. Le soir sur la terrasse de leur maison le roi demanda à son épouse l’autorisation d’entreprendre son voyage. Aicha le regarda avec tendresse et lui dit :

_ Vas en paix et reviens en paix. Tamaloute a besoin de toi, ses habitants de ta sagesse et moi de ton amour.

Ali fut tellement ému par la réponse de son épouse qu’il ne pu retenir une larme qui coula sur son visage.

_ Que veux tu que je te ramène de là-bas chérie demanda t-il ?

_ Rien répondit Aicha. Que tu me reviennes en pleine santé et toujours aussi beau. Mais n'oublie pas de transmettre mes salutations aux tiens et dis leur que leur visite me ferait plaisir.

Mais j’insiste que tu me dise ce qui te ferait plaisir. 

Aicha leva les yeux vers le ciel, contempla longuement la pleine lune qui diffusait sa lumière tamisée sur toute la cuvette de Tamaloute et avec un sourire plein d’amour et de tendresse elle dit à à son mari:

  • Ramène moi la lune !!

Le séjour du roi parmi ses parents prit fin et Ali se hâtait pour regagner son royaume car pas un jour ne passait sans qu’il ait une pensée pour son épouse. Sur son chemin de retour alors qu’il était en train de se restaurer dans une cantine tenue jar Moshé Laâlou (une parmi les victimes d’Isabelle la catholique) il se rappela que sa femme lui avait demandé de lui ramener une lune ! 

Comment faire se demanda t il ?

Il appela Moshé et lui demanda comment peut il exaucer la demande de son épouse ? Moshé en bon juif qu’il était et après une courte relexion lui répondit:

  • Ne vous en faites pas, j’ai ce qu’il vous faut.

Il pénétra dans la réserve de sa cantine et au bout de quelques minutes, il revint tenant dans sa main un beau miroir rond entouré d’un cadre en thuya et serti de petits motifs argentés.

  • Tenez dit Moshé au roi. Je suis sûre qu’elle passera des heures à se regarder et à se faire plus belle pour vous !!

Le roi prit le miroir l’enveloppa dans un tissu en soie et remit à Moshé dix douros representant le prix du cadeau.

Arrivé à Tamaloute, le roi trouva toute la population de son royaume petits et grands, réunis pour l’accueillir. ASA vue, les youyous fusèrent de toutes parts. On lui offre en signe de bienvenue un bol de lait de chèvre et une Tazzoda pleine de Warri (jujubes). 

Conformément à la tradition qui veut qu’à chaque retour de voyage, le roi doit prononcer dans l’enceinte de Tamardoulte un bref discours, Ali monta sur la terrasse de la maison de son Visir Addi ou Hsaine. Cette terrasse qui domine Tamardoulte permet aussi de voir toute la cuvette de Tamaloute ainsi que les méandres de l’oued qui la traverse. Commençant son élocution par la Traditionnelle Aytma, Istma, Il enchaîna: 

Je vous remercie pour votre accueil et pour la sollicitude dont vous avez entourée ma femme et les enfants durant mon absence. J’ai profité de mon séjour à Andorre pour aller visiter le monastère de Saint Jacques de Compostelle où se tenait la réunion annuelle des trois religions monothéistes. Averti de ma présence, Sa sainteté Cheikh Al Islam d’isfahan m’a reçu et m’a chargé de vous transmettre ces trois conseils:

  • Sachez que la modestie fait croître la grandeur et que l'argent n'achète pas la dignité.
  • N’oubliez pas que vos biens se trouvent sous votre aisselle. Si vous tendez le bras pour saisir les biens d’autrui, les vôtres tomberont.  

Dieu vous bénisse.

Apres son discours, tous les dignitaires du royaume passèrent en file indienne et saluèrent respectueusement le roi, après quoi il regagna sa demeure où l’attendait avec impatience Aicha et ses deux enfants.

Le lendemain le roi remarqua que le regard de son épouse n’avait plus la même tendresse et que ses yeux étaient rouges comme si elle avait beaucoup pleuré. Il lui demanda la raison de son chagrin mais elle quitta la salle sans dire mot. Toutes les femmes de Tamaloute remarquèrent le changement intervenu dans le comportement de Taghbaloute mais personne n’osait aborder le sujet avec elle

Voyons toutes ses tentatives de connaître les raisons du chagrin de son épouses échouer, le roi fit venir sa belle mère à qui il demanda de voir ce qui a rendu son épouse si malheureuse et si triste. Itto la maman d’Aicha attendit que le roi se rend à la mosquée pour questionner sa fille.

  • Dis moi ma fille qui te rend si triste ? je vois que depuis le retour de ton mari tu ne souris plus, tu ne te maquilles plus, on entend plus ta voix chantant les plaisirs de la vie ! Dis à ta mère ce qui ne va pas. Tu m’as toujours tout raconté. Te souviens tu que c’était moi qui avais expliqué puis convaincu ton défunt père pour qu’il accepte que tu épouses un Roumi ?

Aicha se jeta en sanglotant dans les bras de sa mère.

  • Oui maman, mais je ne m’attendais jamais à ce que Ali me fasse ce qu’il vient de faire !
  • Qu’a t il fait demanda la mère à sa fille ?
  • Ali s’est marié avec une seconde femme dit en sanglotant Aicha!!!
  • Ah bon ? et qui t’a raconté ça ma fille ?
  • J'ai vu la femme qu'il a ramené de son voyage,  Aicha alors se précipita dans sa chambre, saisit le miroir qu’elle avait jeté sous le lit et le tendit à sa mère. 
  • Regarde la voici dit elle en sanglotant.

Itto prend le miroir qu’elle n'a jamais vu auparavant, elle le regarde attentivement puis se tourna vers sa fille et lui dit d'un ton soulagé:

  • N’aie aucune crainte ma fille,  la femme qu’il vient de ramener et que je viens de voir est si vieille et si moche que tu resteras toujours sa préférée !!! 

Goulmima, juin 2004

 

[Retour]