[Retour]


TÉMOIGNAGE D'UN CHIEN

TEMOIGNAGE D'UN CHIEN!

A Hrour, petite bourgade entre Takaterte et Toughza vivait la tribu des Ait Ourassinegh. les Ait Ourassinegh limitaient leur contact avec les autres populations de la vallée allant jusqu’à interdire à leurs enfants tout mariage en dehors du périmètre de l’Jir n’Ouakka !La seule exception était celle de Haddou Abbou riche négociant qui au retour d’un voyage d’affaire de M’Semrir ramena avec lui une jeune fille qu’il épousa par la suite . cette femme avait pour nom Mahama Ali ! 

Mahama Ali, bien qu’elle fasse tous les efforts pour s’intégrer dans la tribu des Ait Ourassinegh fut laissée à l’écart par l’ensemble de la population mais pour elle l’important c’est que son mari Haddou Abbou l’aimait et la préférait à toutes les femmes de Hrour !

Les années passèrent tout allait pour le mieux sauf que le couple n’arrivait pas à avoir des enfants mais ni Haddou ni Mahama Ali en fasse un drame. Ils croyaient en la volonté divine et disaient qu’après tout si c’est écrit de rester sans enfants cela n’altérerait en aucun cas leur union et leur amour ! 

Mais, hélas, ce qu’ils n’attendaient pas arriva ! Haddou le riche fut emporté subitement par une grippe hivernale, mais le pire est à venir car trois jours après l’enterrement de Haddou Abbou, Ali son frère ordonna à Mahama Ali de quitter sa maison, allant jusqu’à lui dénier qu’elle fut un jour sa belle sœur! Que faire se demanda Mahama ? le plus dramatique est plus difficile à supporter est la mise à l’écart par les femmes de Hrour qui ne répondent plus à ses salutations je suis redevenue étrangère à la tribu disait elle! Seul le cadi peut m’aider à retrouver ce que la chariâa m’accorde mais je suis déterminée à résister rien que pour la mémoire de celui qui m’a tant aimé!

Mahama Ali prit son courage à deux mains se rendit à Tizzi Ni Mnayen et raconta toute son histoire au cadi qui lui demanda de revenir le voir le vendredi après la prière d’el Asr en même temps le cadi ordonna au rakkas de dire à Ali Abbou de venir le voir le même jour et à la même heure !

Le vendredi après la prière d’el Asr le cadi assisté de ses Adoules demanda à Ali Abbou s’il connaît cette femme qui se tient à ses cotés? Ali Abbou répondit par non ignorant complètement le femme qui fut l’épouse de son frère durant plusieurs années. Il ajouta au cadi que cette femme qui prétend être sa belle sœur n’est qu’une imposture qui veut s’accaparer de l’héritage de son défunt frère! Le cadi se retourna vers Mahama Ali et lui demanda si elle connaît cet homme debout à ses cotés ? Oui répondit t-elle sans aucune hésitation il s’agit de Ali Abbou Frère cadet de Haddou Abbou mon mari défunt. Non c’est faux à Sidi El Cadi cria Ali Abbou cette femme n’a jamais été l’épouse de mon frère ! elle n’est pas de chez nous ! et personne ne la connaît pas au douar ! et comme preuve Sidi El Cadi j’ai devant la porte douze adultes de la tribu des Ait Ourassinegh qui sont tous prêts à apporter leur témoignage et à confirmer mes dires !

Faites entrer les témoins ordonna le cadi ! aussitôt douze hommes entèrent dans la maqsoura du cadi et saluèrent respectueusement ce dernier. Le cadi leur demanda tour à tour s’ils connaissent la femme qui se tient debout a coté d’eux ? Tous dire non ! ils leur demanda si feu Haddou Abbou était marié ? Non répondirent t ils ensemble ! 
Et vous femme demanda le cadi à Mahama Ali, connaissez vous ces hommes qui sont debout en face de moi ? Oui sidi El Cadi répondit elle et commença à citer leur nom un par un, tout en donnant des détails sur leurs habitations et leurs enfants ! Mais ils répondirent tous ensemble qu’ils ignoraient tout de cette femme qui ne devrait être qu’une sorcière ou une voyante puisqu’elle arrive à connaître leurs noms ! 
Drôle d’histoire murmura le cadi ! qui après une petite hésitation appela son reqasse et lui murmura quelque chose à l’oreille avant que ce dernier demanda à Mahama Ali de le suivre! 

Mahama Ali et le reqasse sortirent et le cadi ordonna à Ali Abbou et aux douze témoins de s’assoire et d’attendre. Personne dans la salle ne comprit le plan du cadi ni où sont partis Mahama Ali et le requasse ! l’attente dura plus de deux heures ! avant que ces deux personnes apparaissent au perron de la maqsoura. Le reqasse se dirigea vers le cadi et lui murmura quelques mots à l’oreille. Aussitôt le cadi se leva et dit à haute voix pour que toute l’assistance l’entendre " Sachez messieurs les présents et dites aux absents qu’à compter de ce jour le témoignage d’un chien de Hrour est plus crédible que celui de douze hommes des Ait Ourassinegh !

Aussi, Ali Abbou fut conduit accompagné de ses douze témoins en prison, Mahama Ali regagna le domicile de son défunt mari tout en rendant hommage à la sagesse du cadi mais aussi à la reconnaissance du chien Iydi qui l’avait reconnu quand elle s’est présentée au douar accompagnée du reqasse en lui faisant avec sa queue des signes d’amitié montrant ainsi au reqasse qu’elle n’est pas du tout étrangère au douar comme le prétendaient Ali Abbou et ses douze témoins. 

[Retour]