[Retour la liste]


“Chate Lkhir 3la Z3ir” le 24/01/2019 à 12h13

 

DA ZGLGH AR SSIGHIGH 
“Chate Lkhir 3la Z3ir” !
Voilà un dicton marocain qui va comme un gant à un ministère de chez-nous.
J’aurais pu aussi intituler ce post par le proverbe d’origine médiévale qui dit: “charité bien ordonnée, commence par soi-même”
Notre ministère des affaires islamiques dispose d’un riche patrimoine foncier et immobilier à travers tout le pays qui génèrent chaque années des sommes importantes d’argent. Pour dire qu’il ne manque pas de moyens financiers pour mener à bien ce qui en premier lieu devrait être sa principale mission, à savoir mettre à l’abri notre pays et le protéger des courants jihadists et  intégristes qui nous arrivent de la péninsule arabique. 
Je ne vise aucunement le détenteur actuel du portefeuille de ce ministère qui depuis sa nomination essaie même si c’est timidement d’apporter des actions correctives en interdisant certaines formules antisemites lors des prêches du vendredi et en écartant des “minbar” des imams qui prônent l’intolérance et qui obéissent aux instructions de leurs mentors wahabites. 
Heureusement que nos sécuritaires veillent au grain et arrivent souvent à démanteler des cellules actives puis à arrêter les membres de ces groupes de personnes radicalisées avant qu’ils commettent leurs forfaits.
Cette surveillance et ce travail qu’effectuent sans relâche ceux qui veillent à la sécurité des marocains qui est un “travail curatif” n’est que la conséquence d’une insuffisance pour ne pas dire un manque d’actions préventives durant plusieurs années de la part du département chargé des affaires religieuses.
Manquait-il de moyens pour assurer la pérennité d’un islam tolérant que nos parents et arrières-grand-parents pratiquaient?
Ne pouvait-il pas interdire à certains individus qui prônaient l’intolérance d’utiliser les espaces de nos mosquées pour véhiculer des Hadith dont l’authenticité est plus que douteuse et des fatwa qui manquent de logique et de bon sens ?
Les villages de campagnes et de nos montagnes, étaient-ils dotés de médersas et de mosquées aux normes avant d’aller financer la construction d’écoles et de mosquées hors du Maroc ?
Taza n’est-elle pas plus proche que Gaza ?
Notre religion comme elle nous a été enseignée dans nos écoles il y a plus d’un demi-siècle, a-t-elle fait de nous de mauvais musulmans ?
Nous pouvons effectuer nos prières dans une mosquée, à la maison ou même en plein air, alors que le savoir et tout ce qui va avec lui ne s’apprennent qu’à l’école. Raison pour laquelle je termine ce post par un voeu et une prière: Construis-nous plus d’écoles que de mosquées “yarhamouka Allah” !
Ainsi va Ghriss
Voilà un dicton marocain qui va comme un gant à un ministère de chez-nous.
J’aurais pu aussi intituler ce post par le proverbe d’origine médiévale qui dit: “charité bien ordonnée, commence par soi-même”
Notre ministère des affaires islamiques dispose d’un riche patrimoine foncier et immobilier à travers tout le pays qui génèrent chaque années des sommes importantes d’argent. Pour dire qu’il ne manque pas de moyens financiers pour mener à bien ce qui en premier lieu devrait être sa principale mission, à savoir mettre à l’abri notre pays et le protéger des courants jihadists et  intégristes qui nous arrivent de la péninsule arabique. 
Je ne vise aucunement le détenteur actuel du portefeuille de ce ministère qui depuis sa nomination essaie même si c’est timidement d’apporter des actions correctives en interdisant certaines formules antisemites lors des prêches du vendredi et en écartant des “minbar” des imams qui prônent l’intolérance et qui obéissent aux instructions de leurs mentors wahabites. 
Heureusement que nos sécuritaires veillent au grain et arrivent souvent à démanteler des cellules actives puis à arrêter les membres de ces groupes de personnes radicalisées avant qu’ils commettent leurs forfaits.
Cette surveillance et ce travail qu’effectuent sans relâche ceux qui veillent à la sécurité des marocains qui est un “travail curatif” n’est que la conséquence d’une insuffisance pour ne pas dire un manque d’actions préventives durant plusieurs années de la part du département chargé des affaires religieuses.
Manquait-il de moyens pour assurer la pérennité d’un islam tolérant que nos parents et arrières-grand-parents pratiquaient?
Ne pouvait-il pas interdire à certains individus qui prônaient l’intolérance d’utiliser les espaces de nos mosquées pour véhiculer des Hadith dont l’authenticité est plus que douteuse et des fatwa qui manquent de logique et de bon sens ?
Les villages de campagnes et de nos montagnes, étaient-ils dotés de médersas et de mosquées aux normes avant d’aller financer la construction d’écoles et de mosquées hors du Maroc ?
Taza n’est-elle pas plus proche que Gaza ?
Notre religion comme elle nous a été enseignée dans nos écoles il y a plus d’un demi-siècle, a-t-elle fait de nous de mauvais musulmans ?
Nous pouvons effectuer nos prières dans une mosquée, à la maison ou même en plein air, alors que le savoir et tout ce qui va avec lui ne s’apprennent qu’à l’école. Raison pour laquelle je termine ce post par un voeu et une prière: Construis-nous plus d’écoles que de mosquées “yarhamouka Allah” !
Ainsi va Ghriss
Washington le 23/01/2019

 

[Retour]