[Retour à la liste]


Elections et réseaux sociaux ! le 12/05/2018 à 11h49

 

DA ZGLGH AR SSIGHIGH 
Élections et réseaux sociaux !
Ceux à qui revient la responsabilité de gouverner le pays doivent tirer des leçons de l’efficacité des réseaux sociaux quant à l’ampleur de leur l’impact sur la compagne de boycott qui a touché certains produits.
Pour moi, au-delà des produits boycottés, un message a été adressé au gouvernent. Il doit anticiper et apporter des actions correctives aux nombreuses imperfections dans son système de gouvernance. Je ne citerai comme exemple que le processus des élections qui doit être revu et corrigé. La majorité du peuple marocain  ne se reconnaît plus dans les partis politiques ni dans les syndicats qui pour elle, ont échoué dans leur mission d’encadrer des citoyens.
Pour les prochaines élections, le système électoral doit être revu de manière à ne plus exiger des futurs candidats de passer obligatoirement par un parti politique pour être candidat. Cette condition qui peut être au départ était bien pensée a été déviée de son noble objectif. Les critères d’octroi par certains partis sont subjectifs, et se basent plus sur des liens familiaux, du copinage ou sur d’autres pratiques douteuses et non sur l’engagement et le militantisme du candidat. 
Si on veut vraiment assainir notre système électoral et permettre aux compétences et des honnêtes gens de s’impliquer dans les futures élections, il me semble impératif qu’à défaut de supprimer les “Tazkia” que délivrent les partis politiques, de laisser la possibilité à ceux qui n’ont pas d’appartenance partisane et aux acteurs de la société civile de se présenter sans avoir l’étiquette d’un parti politique!
Continuer avec les mêmes règles sans rien changer, pourrait se traduire par un taux de participation encore plus faible que celui des dernières élections, et donnerait des élus dont les habitants ne se re connaîtront pas !
Les décideurs doivent prendre en considération le changement que connaît la société marocaine. Ils doivent apporter des réponses aux raisons de l’abstention des électeurs, s’ils veulent éviter que les réseaux sociaux s’emmêlent et appellent à “sécher” les urnes !
Gouverner c’est surtout prévoir dit l’adage !
Ainsi va Ghriss
Une abstention
Ceux à qui revient la responsabilité de gouverner le pays doivent tirer des leçons de l’efficacité des réseaux sociaux quant à l’ampleur de leur l’impact sur la compagne de boycott qui a touché certains produits.
Pour moi, au-delà des produits boycottés, un message a été adressé au gouvernent. Il doit anticiper et apporter des actions correctives aux nombreuses imperfections dans son système de gouvernance. Je ne citerai comme exemple que le processus des élections qui doit être revu et corrigé. La majorité du peuple marocain  ne se reconnaît plus dans les partis politiques ni dans les syndicats qui pour elle, ont échoué dans leur mission d’encadrer des citoyens.
Pour les prochaines élections, le système électoral doit être revu de manière à ne plus exiger des futurs candidats de passer obligatoirement par un parti politique pour être candidat. Cette condition qui peut être au départ était bien pensée a été déviée de son noble objectif. Les critères d’octroi par certains partis sont subjectifs, et se basent plus sur des liens familiaux, du copinage ou sur d’autres pratiques douteuses et non sur l’engagement et le militantisme du candidat. 
Si on veut vraiment assainir notre système électoral et permettre aux compétences et des honnêtes gens de s’impliquer dans les futures élections, il me semble impératif qu’à défaut de supprimer les “Tazkia” que délivrent les partis politiques, de laisser la possibilité à ceux qui n’ont pas d’appartenance partisane et aux acteurs de la société civile de se présenter sans avoir l’étiquette d’un parti politique!
Continuer avec les mêmes règles sans rien changer, pourrait se traduire par un taux de participation encore plus faible que celui des dernières élections, et donnerait des élus dont les habitants ne se re connaîtront pas !
Les décideurs doivent prendre en considération le changement que connaît la société marocaine. Ils doivent apporter des réponses aux raisons de l’abstention des électeurs, s’ils veulent éviter que les réseaux sociaux s’emmêlent et appellent à “sécher” les urnes !
Gouverner c’est surtout prévoir dit l’adage !
Ainsi va Ghriss
Washington le 12/05/2018

 

[Retour]