[Retour la liste]


Au-delà de toute pudeur ! le 05/11/2016 à 08h59

Au-delà de toute pudeur !

Que madame El Mernissi me pardonne d'avoir choisi à ma chronique le même titre que celui de son livre. Pour être cru et sans pudeur je dirais que chez-nous depuis quelque temps "les affaires de sex ne sont plus taboues. Tout le monde en parle sans aucune gène !

Discutant avec un ami à moi sur l'arrestation à Paris d'un chanteur marocain accusé de viol, mon ami me dit, tu te rends compte, les médias, la presse et les réseaux sociaux discutent avec banalité de "Tqahbine" comme si ce n'était pas un acte illicite.

Je m'excuse auprès de mes nombreux lecteurs qui vont trouver ce terme provocateur et indécent. Je comprends volontiers leurs sentiments. Mais qu'ils sachent que ce n'est nullement un manque de respect pour eux de ma part. Mes amis, mes enfants sont aussi des lecteurs de mes écrits.

Ce que je ne comprends c'est pourquoi le terme "Anikah", ne prend-t-il pas son sens tabou et péjoratif que s'il est prononcé en Tamazighte. Sommes-nous plus pudiques que les autres ou sommes-nous plus hypocrites eux ?

Je me souviens de l'embarras pour ne pas dire du désarroi que la prononciation de ce mot avait provoqué lors d'un débat dans la salle de la jeunesse à Goulmima. S'adressant à une assistance composée en majorité de femmes voilées l'intervenant connu pour son franc-parler, leur avait dit:

"Savez-vous ce que signifie le terme arabe Annikah ? Cela veut tout simplement dire en Tamazighte ceci : T..... !,

Certaines femmes cachent leurs têtes sous les tables, d'autres sortent en courant de la salle en criant "ayaghn inate" (il a osé le dire), comme si l'acte sexuel en Tamazighte signifie quelque chose de différent que ce qu'il signifie en arabe!

Mais depuis l'eau a coulé sous les ponts. Les affaires de fesses qui se sont succédées et que la presse, les réseaux sociaux ont  révélées ont touché toutes les catégories des populations allant des Présidents des États aux célébrités et même à certains barbus. Ceux qu'on pensait qu'ils étaient vertueux se sont révélés plus sataniques que Satan. Ces scandale ne font du bruit que lorsque la presse s'en empare et en fait un buzz. Car en ces temps, les garçons ont leurs petites amies, les filles leurs boyfriend, les hommes leurs maîtresses et les femmes leurs amants. Tu en parles à un jeune, il te répondra étonné par "3adi" (normal).

Nous sommes à des années lumières du temps où on tournait la tête pour ne pas voir lorsque le mari français de notre institutrice fait la bise sur la joue à sa femme lorsqu'il venait la chercher à la sortie de l'école. 

La partie cachée de l’iceberg apparaitra le jour où une carte nationale des ADN sera établie, les tribunaux seraient débordés par les affaires d'affiliation et de succession. Qui est fils de qui et qui est le père de qui ? Aujourd’hui seul Dieu le sait. Alors continuons à considérer que nous sommes les fils de nos pères et les pères de nos enfants. Ça arrange tout le monde !

Ainsi va Ghriss

Ifrane le 06/11/2016

[Retour]