[Retour Ó la liste]


Au moment o├╣ les ├ęglises se vident, les mosqu├ęes se remplissent. le 20/08/2016 à 07h17

La peur génère les amalgames, les amalgames attisent la haine et la haine est souvent source de violence.  Selon une étude de l’Ifop, effectuée entre 2012 et 2016, publiée samedi par Le Monde, les catholiques pratiquants se méfient de plus en plus des musulmans. Le sondage montre une évolution antimusulmane des catholiques français qui estiment que l'islam représente une menace pour eux. En effet ils sont passés de 33% avant l'attaque de l'église de Saint Étienne du Rouvray et l’assassinat du père Jacques Hamel, prêtre auxiliaire de la paroisse, âgé de 85 ans à 45% la semaine passée.

Ce qui surprend, c'est cette volonté d'adosser à l'islam des actes terroristes que l’islam est le premier à dénoncer ces meurtres dont il est lui même la première victime. Même les propos du pape qui ne trouvait pas  juste d’identifier l’islam avec la violence n’ont pas trouvé une écho et ont plutôt choqué des catholiques. Mr Jérôme Fourquet qui est le directeur du Département opinion publique à l'IFOP avance que  L’idée d’une concurrence, d’une asymétrie entre la religion catholique, historique mais en déclin démographique, par rapport à un islam en pleine dynamique démographique, contribuerait à dégrader l’image de l’islam davantage aux yeux des catholiques pratiquants. Donc cette volonté de nuire à l’islam a d'autres raisons que les attentats que de nombreuses personnes avancent. Commençons tout d’abord par poser la question : Pourquoi seuls les catholiques et non pas toute la société française a plus peur de l'islam ?

Si c'est à cause des attentats, leurs auteurs quand ils les commettent ne font pas de différence entre les chrétiens, les musulmans ou les juifs. Je pense que si les catholiques ont changé leur regard sur l'islam, ce n'est pas comme le pensent beaucoup de gens à cause des attentats qui d'ailleurs sont condamnés par toute la communauté musulmane  qui est la communauté la plus touchée. En France alors que les églises et les cathédrales sont de moins en moins fréquentées, les mosquées se remplissent de plus en plus et le nombre de convertis augmentent d’années en année. Les cathos constatent que l’islam gagne du terrain et qu’ un jour les musulmans qui ont du mal à se faire accepter au même titre que les autres religions vont exiger d’être sur le même pied d’égalité que les autres.

Comment la communauté musulmane française va-t-elle continuer à accepter que le contribuable supporte les dépenses d’entretien des églises vides que personnes ne fréquente et dont on refuse qu’elles soient utilisées par la communauté musulmane qui manque de locaux pour pratiquer sa religion ? Ce refus n’est-il pas un déni du bon sens ?

Comme je l’avais dit il y a quelques années à un ami chrétien, l’islam n’a pas de clergé et n’a pas de missionnaires pour le répandre dans le monde. Le texte coranique n’a pas besoin de personne pour prouver sa véracité ou convaincre. La parole de Dieu ne peut être que convaincante. Ce dont le Coran a besoin, c’est d’être traduit dans toutes les langues pour qu’il puisse être lu et permettre à tout un chacun de le comprendre sans être obligé de se référer à des interprétations souvent erronées de certains fkihs.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 20/08/2016

 

[Retour]