Courrier    
Ce livre d'or en françaisT A M R D O U L T ' N G HThis Guestbook in English
Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 51 à 100
Page : 2
Nombre de messages : 428
 
le 15/03/2014 à 11:41

Merci à réconfort
A vous qui avez, par une présence, une parole, un geste, une prière, témoigné votre sympathie lors de la perte douloureuse de Monsieur Hajj GHECHI Moha.
Nous vous prions de trouver ici l’expression de nos sincères remerciements.
La famille
 
le 08/03/2014 à 19:11

Je voudrais dire à Karima BAKZAZA que son père Moha et son oncle Ali, que DIEU ait leur âme, ont laissé de bons souvenirs à Goulmima , leurs enfants peuvent en être fiers. Il en de même de tous les enseignants , aussi bien Marocains que Français , qui exerçaient à l'époque dans notre Région. Leur dénominateur commun : sérieux , dynamisme, abnégation et dévouement .
 
le 08/03/2014 à 10:41

Ssi Lhaj Ali Bonjour,en réponse à l'appel lancé par notre grand ami Berri Hsaine, j'ai voulu acheter le livre également de notre ami My Larbi ( Le Maroc de Mon Enfance).J'ai téléphoné aux Editions Afrique Orient à Casa, une personne m'a demandé de le chercher chez les librairies KALILA WA DIMNA et LIVRE SERVICE à Rabat.J'ai été deux fois(pas plus qu'hier) mais à ma grande surprise, ce livre ne leur a pas été envoyé par Editions Afrique Orient. C'est pourquoi je souhaiterais que celui qui connait où le trouver à Rabat , nous indique sur le site l'adresse ou le téléphone du revendeur. Avec tous mes remerciements d'avance. Lhaj Haddou OUHBI. Rabat le 8/03/2014 à 10H30
 
le 05/03/2014 à 07:26

A M. OUIDANI,
Je vous remercie d'avoir bien voulu transmettre mon message et adresse é-mail à mon ancien Professeur, M. THOMAS. Je suis content de savoir qu'il avait fait le choix de résider à Goulmima, ville charmante et authentique s'il en est et voisine de Tinghir, ma chère ville et oasis.
Je vous souhaite bon courage dans tout ce que vous faites et surtout de vous occuper du site Goulmima.com.
Je m'occupe moi aussi du site "tinghir.fr de notre Association "GENERATIONS TINGHIR-France" (GTF). Nous serions honorés d'un échange d'infos et de collaboration.

Mohamed ECHAOUI

Réponse d'Ali Ouidani : Avec plaisir cher ami
 
le 04/03/2014 à 10:53

Merci à notre ami Hssaine BERRI de nous avoir informé de la publication du livre de notre non moins ami My Larbi RAJI. J'espère que nous serons nombreux à acquérir cet ouvrage en guise d'encouragement à cette louable initiative. Notre génération y retrouvera avec nostalgie de très bons souvenirs ; les générations plus jeunes auront une image assez fidèle de notre contrée pendant les années 1950-1960 (dernières années du Protectorat et premières années de l'Indépendances ). Bonne lecture à tous dans l'attente d'autres initiatives de ce genre.

Réponse d'Ali Ouidani : je profite de l'occasion pour inciter les nombreuses bonnes plumes ghrissoise à prendre exemple de My Larbi Raji
Garder le savoir pour soi-même n'est plus un savoir !
 
le 03/03/2014 à 08:29

Je suis contente de voir que certaines personnes se rappellent encore de mon père Moha (décédé très jeune, à l'âge de 53 ans, le 31 juillet 1983 à Fès) et de mon oncle (Paix à leur âme). Merci à HSSAINE BERRI d'avoir rectifié le nom de famille ! Les gens l'appellaient souvent Belkziz... Nous avons vécu à Agadir (juste après le tremblement), puis Rabat et enfin l'étranger pour les enfants. Mon père est passé par Safi puis Marrakech avant Rabat, et enfin Fès.

Réponse d'Ali Ouidani : Gamin, je me souviens d'eux en tant que joueurs dans l'équipe de foot de Goulmima!
Allah irhamhoum
 
le 23/02/2014 à 12:43

Tout d'abord, désolé pour les impossibilités d'accès au site ces derniers, jours. Un message de réclamation a été envoyé à l'hébergeur du site.
Ceci étant dit, je rappelle que trois rubriques sont à la disposition des lecteurs:
- La Rubrique Courrier: pour discuter et échanger. Toutefois les messages insérés dans cette rubrique ne doivent pas dépasser 1000 lettres et chiffres
- La rubrique Quoi de 9 (neuf), pour informer les lecteurs des nouveautés aussi bien à Ghriss qu'ailleurs
- La Rubrique Tissoufra: pour les essais, les études, les contes, les articles de presse etc.
L'animation et la qualité du site ne dépend pas seulement de son modérateur, mais également de ses visiteurs et lecteurs.
 
le 21/02/2014 à 16:51

Juste pour signaler un texte de Moha Oustouh intitulé : "Le nationalisme arabe ou le panarabisme" qui est inséré dans la rubrique Tissoufra de ce site !
 
le 20/02/2014 à 15:48

Chers amis,Bonjour
Je viens d'apprendre ce matin la parution aux éditions:AFRIQUE ORIENT à Casablanca du livre de M MOULAY LAARBI RAJI,intitule :"LE MAROC DE MON ENFANCE"
La trame de la narration de cet ouvrage est tissée par la nostalgie des temps de l'enfance de l'auteur tels qu'il les a vécus dans les vallées du GHERISS ET DU ZIZ.
J'espère que parmi nous seront nombreux ceux qui feront honneur aux rayons de leur bibliothèque en y insérant une copie de cet ouvrage en guise d'encouragement à la louable initiative de notre ami M'Y LAARBI.BONNE LECTURE .

Réponse d'Ali Ouidani : Des souvenirs communs en perspective !
Bonne continuation Moulay.
Un extrait du livre "L'éccole du village" m'a été envoyé par Mr Raji avant l'édition du livre. Il est inséré dans la rubrique Tissoufra
 
le 12/02/2014 à 15:45

Commençons par poser la définition d'un fonctionnaire. Un fonctionnaire est un homme ou une femme qui occupe en sa qualité un emploi permanent dans le cadre d'une administration publique. Donc un fonctionnaire est un homme ou une femme sélectionné, par voie de concours par exemple, par le peuple pour remplir une fonction. Lors d'une cérémonie officielle qui marque la solennité accordée à un événement, les Hommes d'Etat, par leur culture et les règles à observer en matière de bienséance, sont obligés d'oublier leur personne, leurs convictions; ils doivent seulement jouer le rôle que le peuple leur a assigné. Refuser de saluer une femme préfet, ne pas serrer sa main par "convictions religieuses", c'est refuser de saluer un représentant du peuple; c'est, par extension, refuser de saluer le peuple, donc lui manquer de respect. Ce manque de respect au protocole, peut-il aller, par indélicatesse, jusqu'à refuser l'ordre d'aller chercher des enfants du peuple au milieu d'un incendie uniquement parce que l'ordre est donné par une femme préfet, et que l'écoute de la voix d'une femme est illicite? C'est commettre un pêcher par la parole? Dans une cérémonie officielle, comme dans la vie publique d'un homme d'Etat, il n'y a pas de place aux convictions, même religieuses, la loi agréé par le peuple doit occuper tout l'espace. C'est la définition même de la fonction publique.
 
le 11/02/2014 à 20:30

Merci Ssi haje Ali .
Vraiment j'étais très ému en pleins famille ici comme quoi les voisins et les membres de la famille du défunt s'occupent de tous les frais de funérailles et bien sur le 3ieme jours ce sont les fils du décès qui s'occupe du reste des invités.
Merci de bien vouloir sensibiliser tous les habitants de notre jolie oasis (face book)d'éradiquer cette anomalie vu une bonne réputation dont vous bénéficier et sans oublier votre grand cœur .
Comptons toujours sur votre aimable collaboration.
 
le 09/02/2014 à 12:32

Bonjour Ssi Lhaje Ali.

Juste pour vous rappeler une mauvaise habitudes que j'avais vécu de puis ma naissance dans ma belle région (Goulmima) dont je suis fier d'être originale pour plusieurs raisons ..
La seule remarque qui m'occupe c'est une fois quelqu'un de notre habitants est décédé sa famille au lieu de pleurer pensent au invités l'achats de la viande le pain et c.. Parfois même ils sont obligés d'empreintés pour satisfaire leurs hôtes alors que ce n’est pas logique ce que j'ai remarqué au niveau la région de Tadla /Azillal les voisins du défunt font une cotisation et s'occupent du repas et de diner le 1ier jours et chaque familles prépares un tagine comme ça la famille du défunt reste sans aucune contrainte ni dépression et c…. ..

J'espère de mon cœur bannir cette mauvaise une fois pour toute par une sensibilisation des habitations de chaque quartier.

Cordialement.

Réponse d'Ali Ouidani : Tu as tout à fait raison et j'ai lancé il y a quelques années un appel pour dire aux lecteurs d'inviter ceux qui leurs sont proches à bannir cette mauvaise habitude. Ceux qui ont perdu un parent ont déjà suffisamment de peine à gérer leur souffrance que s'occuper à préparer les repas pour ceux qui viennent présenter leurs condoléances.
Je vais refaire un appel dans ce sens dans ma page Facebook.
 
le 04/02/2014 à 01:40

Bonjour

Merci M. OUIDANI pour votre réponse.
Voici mon adresse e-mail et j'espère que M. THOMAS "tombe" dessus et me contacter. Si vous pouviez la lui transmettre je vous serai reconnaissant.
Cordialement
Mohamed ECHAOUI

Réponse d'Ali Ouidani : ca sera fait dès le retour de Mr Thomas
 
le 30/01/2014 à 12:56

M. Ouidani, bonjour, quel plaisir d'avoir de vos nouvelles de temps en tempsgrace à votre site.
Je voulais vous informer que se tiendra à Casablanca le 27.02 à La fondation Ibn Abdelaziz Al Saoud une conférence de Pierre Rahbi, un "écrivain agriculteur biologiste, inventeur du concept "Oasis en tous lieux". Il défend un mode de société plus respectueux de l'homme et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement et préservant les ressources naturelles, l'agroécologie, notamment dans les pays arides"

Voici le lien pour s'y inscrire :

Au plaisir de vous retrouver
 
le 30/01/2014 à 12:52


salut Widani, comment vas-tu ?

j(espère que tout va pour le mieux.

une amie qui ne t'oublie pas.

Amal

Réponse d'Ali Ouidani : Salut Amal,
Je viens de demander à Simone de te transmettre mon bonjour
Alors à quand une visite dans mon oasis ?
 
le 22/01/2014 à 15:34

Bonjour à tous

Je viens sur ce site pour saluer l'esprit amazigh des gens qui s'en occupe, leur sens de solidarité, un niveau intellectuel qui les honore et parce que je suis le voisin de Tdoght, oasis semblable à celle de Ghris à Goulmima, toutes deux belles oasis mais souffrent des mêmes maux (par ex. présence de polluants détergents dans les eaux de surface). A tinghir, il y'a belle lurette que le poisson a déserté l'assif.
Sujets divers et intéressants que celui, par ex. des zaouias et leur influence, de la mémoire d'anciens enseignants français qui, pour la plupart, aimaient ces contrées du sud-est et avaient transmis la langue du Molière et du Savoir aux enfants de ces régions.
Je ne sais pas si vous pouvez m'aider, mais je l'espère en tout cas.
Voilà: on m'a dit que M. THOMAS, mon ancien professeur au Collège du Boumalne Dads des années 1974-1978 vit à Goulmima. J'aurai voulu que vous lui transmettiez mes salutations et me donner une adresse e-mail à lui (bien évidemment avec son accord) pour que je lui écrive.

Merci pour votre aide et votre retour
Cordialement
Mohamed ECHAOUI

Réponse d'Ali Ouidani : Mr Thomas est effectivement devenu Ghrissois, non seulement il consulte le site mais il est pour beaucoup dans sa réalisation. Indiquez votre émail, il ne manquera pas certainement de vous contacter .
 
le 17/01/2014 à 22:14

إيطاليا تبحث عن العمال الاجانب الموسميين




أطلقت وزارة الداخلية الإيطالية مؤخرا "مرسوم التدفقات" الخاص بالعمالة بالأجنبية الموسمية لعام 2014 والذي خصص حصة 5600 للظفر بمنصب عمل بإيطاليا لاسيما في الحقول الزراعية و12250 منصب لتحويل تصاريح الإقامة القصيرة الأمد إ

Réponse d'Ali Ouidani : Merci pour l'info
 
le 11/01/2014 à 10:43

Bonjour monsieur Ouidani; voilà, j'ai supprimé trois parties de mon texte.
Les mots, les paroles font par moment la beauté, l'intelligence, la grandeur d'un homme:Tirougza. Dire: "Au Maroc, il y a une ethnie pingre", propos d'Abou zid al-Idrissi, c'est tout simplement faire la danse du ventre avec des paroles. C'est mettre un tarbouche sur la tête, des fanfreluches et des falbalas autour de la taille et, devant des princes du pétrole, faire la danse du ventre. La frivolité que les marocains affichent quand ils parlent d'eux-mêmes est la décoration d'un esprit, d'un goût, d'une saveur certains. Mais quand on manque de goût, qu'on est ballonné de soi, enivré par l'ambiance et un prétendu savoir, alors on plane au-dessus de l'humain, on se lâche et on crie sa vérité: Le racisme et l'ethnique qui forment la base de son éducation. La parole devient alors laideur, méchanceté. Elle exprime la petitesse d'un homme: Lag3chim . S'encanailler pour de l'argent et ,peut être, pour assurer son élection ou sa réélection, c'est dévoyer l'esprit et l'intelligence de l'humour populaire marocain. Dans ce cas le comique et le caustique peuvent tourner au tragique. Entre un Amazigh à qui la vie, la terre et l'eau ont appris à vivre chichement, modestement et des princes qui paient des milliards de dollars pour voir onze hommes courir derrière un ballon... faites votre choix.
 
le 29/12/2013 à 18:28

Suite:A signaler toutefois que la plupart des résurgences donnent une eau lourde, non fraiche, ce qui peut s’expliquer par le mélange avec des eaux chaudes (grottes chaudes près d’Idelsen et à l’ouest de Rhéris). Commerce : Le souk du Rhéris a toujours été bien achalandé et il est très fréquenté. Les transactions portent principalement sur les céréales importées du nord par camions, les dattes et les fruits divers, le Takaout, les denrées indigènes (sucre, thé, cotonnades, etc.., et les animaux de boucherie). (1) sélectionné d'un rapport de l’Autorité locale de contrôle.
 
le 29/12/2013 à 18:25

Suite:Ces palmeraies ont diminué presque de moitié. Les autres arbres fruitiers sont nombreux : oliviers (15029), amandiers, pêchers, figuiers, abricotiers, grenadiers et vignes (17205 pieds au total). Une mention spéciale est à accorder aux tamariniers (8565 pieds) dont la gale dite « Takaout » est d’un grand apport. En général tous les indigènes savent soigner leurs arbres d’une façon passable. Mais de gros progrès restent encore à faire sur cette matière, surtout pour ce qui concerne la récolte, la conservation des dattes et la greffe des arbres fruitiers. Elevage : Seuls des nomades, peu nombreux du reste possèdent des caprins, ovins, et quelques chameaux qui pâturent entre Rhéris et Ksar-es Souk. Les ksouriens en ont peu qui vivent à l’intérieur des ksours. Par contre, ils ont d’assez nombreux bovins nourris de luzerne et qui pâturent le jour dans l’ »Agoudal ». Il y a peu de volailles et quelques lapins d’une race dégénérée. Les luzernières sont abondantes et permettent une dizaine de coupes par an si elles sont suffisamment arrosées. Industrie : Elle est pratiquement inexistante. A signaler seulement quelques potiers peu évolués, quelques forgerons et charbonniers (Mmo et Idelsen). Le sous-sol est encore peu exploré. On y trouve du plomb (Tizi-Oumzour), du gypse à plâtre et de la pierre à bâtir de qualité médiocre. Il n’y a pas de source minéralisée. Voir suite
 
le 29/12/2013 à 18:20

Voici comment l'Autorité coloniale a trouvé l'économie du Moyen Ghériss après la soumission. Presqu' inexistante après tant d'années d'anarchie,de guerres et de Siba. Vie sociale et économique du Moyen Rhéris après la soumission(1)
Le district du Rhéris relève d’un tribunal coutumier de 5 membres titulaires et de 3 membres suppléants siégeant au bureau de Goulmima. Le district de Tadighoust, de l’Amssed et d’Idelsen relève aussi d’un tribunal coutumier de 5 membres titulaires et de 2 membres suppléants siégeant au bureau de Tadighoust. Le district de Tilouine, ayant réclamé le Chraa, relève lui du cadi de Ksar-es Souk. Le régime de la propriété est entièrement du type privé. Toutes les terres cultivables ont toujours eu leurs propriétaires. L’anarchie, les luttes intestines et les récentes conquêtes ont profondément affaibli l’économie du pays. La soumission, elle aussi, l’a beaucoup modifiée. L’ère du fusil et de l’anarchie étant révolue, il faut, ou se résoudre à la misère ou travailler. Agriculture : Elle est très importante. 70626 palmiers donnent une récolte moyenne mensuelle d’environ 16 mille quintaux de dattes de qualités très diverses. Celles-ci constituent avec le grain la base de l’alimentation. Malheureusement et particulièrement, dans l’Amssed et Tadighoust, la maladie dite « Bayoud » a fait des ravages considérables.
 
le 07/12/2013 à 22:00

Ssi Ali bonsoir tout d'abord je voudrais revenir sur le sujet de la langue arabe pour vous dire que je ne la défends pas .je suis de votre avis.mais j'aimerais seulement dire que la décadence ou la chute de notre enseignement est due à : plusieurs causes; je cite à titre d'exemple:
l'arabisation plutôt à la traduction intégrale des matières scientifiques le niveau faible( en matière)de plusieurs enseignants actuellement recrutés. les programmes classiques,longs et qui ne répondent plus aux exigences de la vie moderne, à savoir la mondialisation, l'informatisation et les progrès scientifiques que connaissent tous les secteurs.
.les méthodes traditionnelles et classiques qui règnent toujours dans nos écoles la corruption,la tricherie,le copiage les châtiments corporels et moraux .l'infrastructure très faible des établissements scolaires, les classes à cours multiples surtout dans l'enseignement primaire et en particulier dans le monde rural .
la société qui ne voit dans l'enseignement public qu'une perte d'argent.......
Voilà pourquoi j'ai dit qu'il ne faut pas accuser la langue arabe seule.

Réponse d'Ali Ouidani : Même s'il faut accuser, il serait injuste d'accuser la langue arabe. les vrais coupables sont ceux qui au lieu de faire de cette langue un moyen veulent en faire une finalité.
 
le 06/12/2013 à 00:10

Suite des confréries du Rhéris.Sidi Bou Yacoub est surtout fréquenté en raison de ses fêtes annuelles « Aguedoud »ou gros marché qui se tient 15 jours avant le Ramadan. C’est un jour de fête pour tous les Ait Morrhad. Pas de Moqadem.
Médaghra : cette zaouia est la plus fréquentée car «sa Baraka apporte l’eau ».
Sidi Hamza : cette zaouia est plus lointaine mais elle a quelques biens immobiliers au Tadighoust, à Ouaqqa de Goulmima qu’elle loue chaque année.
Sidi Bou Youssef du Dadès sans influence. Citée parce qu’elle possède une journée d’eau par an dans la séguia de Goulmima.
Sidi Mohand Ben Abdesadeq du Rteb chère aux Ait Yahia Ou Atmane chez lesquels elle possède des biens.
A citer quelques sanctuaires réputés avec des moussem : Sidi Ahmed Oul Meghenni dans le haut Assif Melloul (Aguedoud le 22 Septembre), Sidi Lhadj Amar au Todra (17 Dou lhija), Moulay M’hamed,le saint des Ait Boulemane (Ksar-es souk), Imma Hegga Ali au Tarhia (12 Rabia 1er), Imma Loho dans l’Imdrhas (10 Aout). A suivre.
 
le 06/12/2013 à 00:07

Les anciennes confréries religieuses au Rhéris : elles ont des adeptes, mais d’une ferveur assez tiède. Leur influence consiste surtout, pour certaines, en la perception des revenus de leurs biens propres et de quelques ziaras.
-Quadiria : (My Abdelkader Jilali) :990 adeptes, biens insignifiants. Pas de ziaras. Moqadem :Zaid ou Hammou dit ZIZI assisté de Moha N’Moha de Goulmima. Caractère de charité.
-Ouazzania (My Abdallah Chérif) dont le siège est à Ouezzane. 691 adeptes. Elle a des biens dispersés et perçoit quelques ziaras. Moqadem : Mekki Ou Hami de Goulmima.
Derquaouia (Béni Zeroual), influente par la filiale de Médaghra et la sous-filiale des Ait Sidi Lahouari. 157 adeptes. Moquadem : Brahim N’Ait Khettouch de Goulmima.
Djazoulia : branche des chadilias.268 adeptes. Moquadem : Madani Ou Larbi de Goulmlima.
-Tijania : 42 adeptes. Influence nulle.
Naciria :siège à Tamagroute dans le Draâ. Elle n’a pas d’adeptes mais des biens assez importants au Ghéris qui lui avaient été donnés par les Ait Atta et que les Ait Morrhad n’ont pas osé prendre. N’a qu’un représentant qui est Bassou Ou Hsain ou Ala, ex-fonctionnaire caid du Ghéris. A l’extérieur la Baraka de certaines zaouias est recherchée par certaines fractions qui leur portent lorsqu’elles ont en besoin quelques menues offrandes. Certaines zaouias possèdent même des biens qui sont gérés par des moqademin .
 
le 05/12/2013 à 21:19

En rendant hommage à un ex instituteur français vous avez suscité en moi une période de gloire de l’équipe du foot de Goulmima dirigée par M.A.Belghiti qui trouvera dans ces humbles phrases toute mon estime et tous mes hommages.En grand passionné du ballon rond, il avait tout donné et tout sacrifié pour promouvoir ce joli sport qui souffre de tous les maux depuis que les gens de sa stature ont déserté les bancs de touche.
Quoi qu'on dise de lui, quoi qu'on écrive à son sujet, l'on ne pourra jamais transmettre aux jeunes d'aujourd'hui qu'une infime image d'un homme intègre et philanthrope soucieux de bâtir une société de jeunes utiles à eux-mêmes et aux autres, des jeunes que le sport met à l'abri de toutes les délinquances. On n'oubliera jamais, c’est sûr, son grand amour pour le bled, ses déplacements et ses comportements mesurés le long de la touche, comme on n'oubliera non plus son abnégation dans l'exercice de sa fonction, l’enseignement en l'occurrence, à l'école de garçons (El Fath aujourd'hui) ou il laissé des empreintes indélébiles, gravées à jamais dans nos mémoires .Il était sérieux, modeste, respectable, aimé de tous. Il le restera pour toujours.
On le croise à Goulmima ou il a préféré vivre après sa retraite bien méritée, on le voit chaque jour marcher à pied refusant tout autre moyen de transport; manière à lui de nous inciter et de nous faire aimer le SPORT.
Je saisie aussi l'occasion pour saluer Lhaj Hssain Berri que j'estime énormément

Réponse d'Ali Ouidani : Que Dieu le garde et le protège.
 
le 05/12/2013 à 09:04

Bonjour cher ALI
Permets-moi d'apporter un petit rectificatif relatif aux noms des joueurs de l'équipe de foot de Goulmima de la glorieuse époque.Il s'agissait des frères BAKZAZA ALI et MOHA et DRADI ALI OU HRO,résidant actuellement à MIDELT et originaire de TIMAZGUITE de la famille OUSSEGA.Parmi les joueurs dont je me rappelle,j'ajoute à ta liste :MM:BOUABID M'BARK,BERRAD SAID,AALA,OUZIR DRISS,Un instituteur meknassi de taille trapue qui donnait du fil à retordre aux adversaires par son omniprésence dans le terrain .
Quant à MR DUMACHEZ,j'évoque parmi ses nombreux mérites:Il était partisan et militant pour la cause de l'indépendance du Maroc,il était le premier a hisser le drapeau marocain à l'ecole de Goulmima après avoir entendu à la radio l'accord d'AIX LES BAINS.son acte a été désapprouve et sujet de querelle entre lui et les officiers des affaires indigènes.

Réponse d'Ali Ouidani : Merci cher Lhaj et ami. Effectivement c'étaient les frères Bakzaza et non Belkziz !
Les connaisseurs auront rectifié d'eux mêmes
 
le 03/12/2013 à 19:23

Mr et Mme DUMARCHEZ habitèrent à AIX EN PROVENCE dans un splendide secteur appelé CHEMIN NOIR.Avec leur disparition ce secteur est devenu vraiment noir pour tous ceux qui les connaissent et a qui j'adresse mes condoléances les plus attristées,particulièrement à leur fille LINE a Marrakech et à mes neveux NHASS.Lors d'une symbolique réception d'adieu,a la fin de leur mission au Maroc,initiée et organisée par feu HAMMOU TADOTet financée par plusieurs jeunes de Goulmima de l'époque,Mr DUMARCHEZ avait prononcé,en sanglotant,cette brève mais très émotionnelle allocution:"Mes enfants je ne vous oublierai jamais et je n'oublierai jamais cette terre ou j'ai passé avec vous les meilleurs moments de ma vie,cette terre sur laquelle sont nés tous mes enfants".

Réponse d'Ali Ouidani : Un grand homme par ses actions, son amour pour Goulmima et aussi par sa taille. Feu Dumarchez fut l'arrière gauche de l'équipe de foot de Goulmima à laquelle participait également Madani Lahcen (Mr Lahcen), les frères Belkziz, Lahcen N'ait Ihya ou 3atmane , Daoud le gardien de but et bien d'autres encore.
 
le 03/12/2013 à 01:21

Ali bonsoir, je vais tenter de satisfaire Brahim en lui envoyant directement chaque texte intégral de mes extraits sur l'Histoire du Rhériss et de Goulmima dans sa boite e-mail. Etant donnée l'importance des textes et du sujet,il est dommage qu'on ne puisse pas les insérer en entier dans une seule publication pour en faire bénéficier tous ceux que cela intéresse.Comme tu le sais,la plupart des amis y ont accès sur facebook.Les échanges nombreux et fructueux témoignent de l'intérêt que les enfants de la vallée attachent à l'Histoire de leur contrée.Sur ce,attendons la publication de réflexions et d'essais personnels avec des idées bien tissées et bien synthétisées.Ainsi le calme et la sérénité régneront sur Tamerdoult.

Réponse d'Ali Ouidani : on peut insérer l'article en entier dans la rubrique Tissoufra et faire l'annonce dans la rubrique courrier.
Sinon en attendra que tu finisse d'insérer la totalité dans Facebook et je reprends le tout dans Tissoufra pour qu'il soit à la disposition des lecteurs à chaque fois qu'ils veulent le consulter.
 
le 02/12/2013 à 21:18

SSi Ali bonsour.j'ai lu ta dernière chronique (Lfila a Moulay)et à ce sujet je voudrais simplement te dire que je ne suis pas d'accord ni sur la deuxième ni sur ta troisième proposition pour la raison suivante: Notre enseignement souffre de tout; il est devenu Homme malade.Alors pourquoi accuser la langue ARABE toute seule?

Réponse d'Ali Ouidani : Je n'accuse pas la langue arabe.
Je pose une simple question : pourquoi enseigner une langue qui n'est pas parlée par les marocains ?
 
le 02/12/2013 à 14:11

Bonjour Mr Ali
J'aimerais bien savoir la raison pour laquelle certains demandent à ce que les textes soient longs le moment ou Tamrdoult connait un échange fructueux dans une atmosphère calme et sereine.La valeur d'un texte est dans ses idées et non dans sa longueur,surtout quand il s'agit des réflexions ou des essais personnels que l'on étale sur une rubrique comme celle ci.Ayons la capacité de savourer les idées bien tissées et bien exposées dans un minimum de phrases et que Dieu préserve les yeux des lecteurs de tous les maux causés par les écrans!

Réponse d'Ali Ouidani : je pense que 1000 mots sont suffisants pour passer son messages. La rubrique Tissoura est là pour insérer des études et des textes plus long et c'est ce que je fais pour mes contes
 
le 01/12/2013 à 14:59

Bonjour Ali! Un petit mot à propos de l'article sur les accidents de la circulation suite à l'Aïd. En Europe, les vitesses sont limitées sur les routes et les autoroutes de manière beaucoup plus drastique qu'au Maroc. Le parc automobile est en meilleur état, les voitures peuvent rouler beaucoup plus vite qu'au Maroc, mais la formation des conducteurs est bien meilleure et les sanctions pour les infractions sont presque toujours appliquées. En une dizaine d'années, le nombre de morts a fortement diminué et la circulation a beaucoup augmentée. Plus les voitures sont puissantes, moins il y a d'accidents... Ainsi va la vie... Jean-Louis

Réponse d'Ali Ouidani : Je n'attribue pas les causes des accidents à l'excès de vitesse, ni à l'état du parc autos ou du réseau routier, mais à cette contradiction d'autoriser la construction et la vente des véhicules qui dépassent les vitesses autorisées. c'est tout simplement de l'incitation à prendre le risque et surtout un moyen de piéger les conducteurs et de dresser des pv.
 
le 27/11/2013 à 00:02

Suite: Au cours du développement de cette affaire une certaine animosité s’est révélée entre les gros propriétaires qui en sont à l’origine et le reste de la population attachée au système actuel. Le Cheikh Mohamed ben Hadj qui ne joue pas franc jeu a du subir de rudes assauts. Finalement l’ouverture d’une procédure de reconnaissance des droits d’eau a été décidée. Cet incident risque d’avoir des conséquences graves car si gain de cause est donné aux gros propriétaires, c’est toute une partie de la population qui sera ruinée, car il s’agira de la classe moyenne et pauvre.... Les arabes Sebbah de Tilouine sont soumis au Chraa. Leurs affaires relèvent du cadi de Ksar-es-souk. Deux adouls se trouvent à Tilouine. Deux tribunaux coutumiers existent pour le bureau des A.I de Goulmima : celui du Ghéris qui tient séance tous les lundis à Goulmima, celui du Tadighoust, qui tient séance tous les mercredis au Tadighoust. A suivre
 
le 27/11/2013 à 00:00

4ème extrait sélectionné sur l’Histoire « coloniale » de Goulmima (1947)
Quoiqu’il en soit un candidat fut élu mais il fut décidé par la suite qu’il ne resterait en fonction qu’un an, au bout duquel la tribu serait consultée pour savoir si elle désirait conserver un Amghar permanent ou au contraire avoir à sa tête un Amghar Al Am. Cette consultation doit avoir lieu en Mars 1948. Dans l’hypothèse où la tribu se prononcerait pour le maintien d’un Amghar permanent, Brahim N’Ait Khettouch resterait en place..... En 1946,lors de l’étude des réformes rurales,il a été décidé de remplacer, dans la mesure du possible les chioukh permanents par des chioukh Al Am choisis par la fraction. Le cas s’est produit pour la fraction Mmo(Tadighouste) et la fraction Ait Yahia ou Othman. Cependant on ne saurait du jour au lendemain licencier les chioukh permanents en place qui bien souvent ont été nos premiers partisans et sont considérés en tribu comme une émanation directe de notre autorité. A Tilouine une importante question a été soulevée dans le courant de l’année 1946 par un groupe de gros propriétaires. Il s’agit de supprimer le système de répartition des eaux mis en vigueur par l’autorité de contrôle en 1940, système basé sur un arrosage égal de toutes les terres de culture, pour revenir à l’ancienne méthode de la libre disposition par chacun des propriétaires de leurs droits d’eau respectifs. A suivre
 
le 26/11/2013 à 18:24

Bonjour Ssi Ali, Bonjour chers internautes,
Permettez moi de m'intervenir en ce qui concerne notre langue Tamazight, et en particulier "Tifinagh".
Comme vous l'avez bien précisé dans votre chronique intitulée : Our n'samh, je pense comme vous, que Tamazight ne sera jamais avancée et améliorée par Tifinagh qui ne s'applique qu'au sein de l'école primaire. Tamazight doit être à la porté de tout le monde, dans la rue, à la maison ... c'est à dire dans la vie entière.
L'esthétique de cette langue n'apparaît pas dans les symboles que représentent Tifinagh. Son charme, son idéal est dans le langage parlé, dans la communication verbale. Ecrire un poème "Tamdiazte", par exemple, ne peut influencer et atteindre son but que s'il est dit par son auteur. Je dis pour finir que Tamazight doit être avec nous car ça fait partie de nous, et si en vise son universalisation par l'écrit, ça doit être par la lettre universelle qui est latine ou arabe.
Tel est mon modeste point de vue à ce propos.

Réponse d'Ali Ouidani : c'est aussi mon avis !
un jour un se rendront compte de leur impardonnable erreur !
 
le 22/11/2013 à 15:09

On peut admettre que les habitants de ce secteur sont encore très éloignés des concepts nationalistes. L’ex-Caid Ou Ala encouragé par certains de ses amis de Meknès s’est rendu à Rabat avec beaucoup de tapage pour protester au Palais contre sa destitution. Revenu après plusieurs semaines d’absence au cours desquelles il avait dépensé de grosses sommes, il affirmait partout sa certitude de se voir réintégré dans ses fonctions par la volonté du Sultan. Ses espoirs ayant été déçus il en est résulté à son égard un mouvement d’ironie qui englobe son éminent soit disant protecteur….. En ce qui concerne l’avenir, sans vouloir jouer au prophète, on peut assurer que la nouvelle génération actuellement dans nos écoles transformera l’état d’esprit. Il n’est pas douteux pour moi que nos jeunes élèves actuels deviendront vite les champions du nationalisme. ….C’est là la conséquence normale et qu’il faut subir de notre volonté d’évolution. Il faut la regarder en face en se gardant des illusions banales : reconnaissance ou devoir vis-à-vis de la nation protectrice. De même que l’influence nationaliste, l’influence du Palais est à peu près nulle chez les Ait Morrhad. Traditionnellement indépendants du pouvoir central, ils n’ont actuellement qu’une notion mal définie du rôle et de la puissance de leur souverain. Celui-ci n’a par ailleurs jamais eu l’occasion de manifester son importance en pays Ait Morrhad…Le prestige de l’autorité de contrôle demeure, sinon puissant qu’autrefois, du moin
 
le 22/11/2013 à 15:07

Histoire de Goulmima sous l’occupation.(Suite.)(Tiré du rapport de l’autorité de contrôle française. 1947)
Quinze ans après la pacification du pays, la situation politique reste parfaitement saine. Protégée des influences extérieures par sa situation excentrique, par la barrière de l’Atlas, par son climat excessif qui fait que les citadins considèrent le Tafilalet comme le cœur du Sahara, la tribu Ait Morrhad demeure encore indifférente aux mouvements d’opinion marocaine qu’ils soient d’origine communiste ou nationaliste. Vivant sur elle-même la tribu n’a que peu de contact avec l’extérieur, si ce n’est par les commerçants qui fréquentent surtout les souks de Meknès, Khénifra et Azrou. Encore est-il évident que le fellah borne son univers à sa fraction, voire même à son ksar et n’attache aucune importance aux rumeurs des villes qui lui sont rapportées. Comment pourrait-il en être autrement du reste dans un pays qui ne connait le calme que depuis 15 ans et où le nombre d’illettrés est supérieur à 99%? …Les événements qui ont précédé la destitution du Caid Addi Ou Bihi de Rich ont été suivis avec intérêt par quelques petits groupes du Rhéris et de Tadighouste. Nos administrés étaient curieux du déroulement de la lutte engagée entre le Caid Addi Ou Bihi représentant à la fois le principe nationaliste et l’influence du Palais ,et les autorités de contrôle. Le dénouement de l’affaire a été accueilli comme une conclusion normale….On peut admettre que les habitant
 
le 21/11/2013 à 01:58

Un petit passage d' un rapport sur Goulmima fait par les autorités locales coloniales en 1948:
Autorité de contrôle:Le pays ,avant notre venue,vivait dans un grand état d'anarchie,aucun chef n'avait réellement réussi à s'imposer et à se faire obéir au delà de sa propre fraction. Deux commandements ont été créés:l'un des districts du Nord (Tadigfhouste-Amsed),l'autre englobant le Rhéris et Tilouine.Le commandement du Bas-Rhéris et de Tilouine a été confié à notre arrivée à Bassou Ou Hsain Ou Alla ,des Ait Boulemane de Goulmima.Ce dernier d'intelligence bornée avait le seul mérite de s'être rallié dès la première heure et d'avoir facilité notre arrivée à Goulmima.Destitué en 1947 pour malversations il a été remplacé par un Amghar El Am élu au suffrage universel. Au Tadighouste,le fonctionnaire Caid Hro Ou Hadjar a remplacé en 1940 le fonctionnaire Caid Bassou Ou Ali destitué pour malversations.
Pour le remplacement immédiat du Caid Ou Ala,trois candidats choisis par l'autorité de contrôle furent proposés au choix de la tribu.Une élection au suffrage universel de tous les hommes adultes mit Brahim N'Ait Khettouch à la tête de la tribu.....Les voix des Arabes Sebbah de Tilouine ont décidé en dernier ressort du choix de l'Amghar de la tribu berbère des Ait Morrhad. A suivre.
 
le 17/11/2013 à 21:42

Nombreux sont ceux qui ont marché sur le chemin de la vie sans laisser de trace; nombreux sont ceux qui ont fait fortune et sont arrivés à réaliser tous leurs rêves grâces aux sommes colossales acquises d'une manière ou d'une autre; cependant rares sont ceux qui ont pu laisser leurs empreintes sur leur chemin et sont entrés dans l'histoire par son grand portail. Ceux là qui ont fait beaucoup de choses pour leurs pays et ont rendu de grands services à l'humanité toute entière dans tous les domaines tout en participant par leur pensé et par leurs efforts dans la construction d'un monde nouveau.Les noms de ces derniers resteront sûrement gravés dans les mémoires des générations actuelles et de celles du futur. Comment ont-ils fait alors pour retrouver le chemin vers la cime?
Souvent ,on entend dire que la majorité des génies du monde et de ses surdoués appartient à la classe pauvre.Des statistiques faites sur 900 hommes célébres par leur grand et dur travail pour un avenir meilleur et une vie aisée de tout etre humain sans exception a révélé ceci:300 d'entre eux ont commencé leur vie dans la terre,en effet ils étaient des fils d'agriculteurs, 200 étaient des vendeurs errants de journaux, 200 autres étaient au départ des envoyés chargés de porter des feuilles de papier d'un bureau à l'autre, 100 autres ont commencé leur vie comme petits ouvriers dans des entreprises et 50 restant ont fait des travaux forcés dans les rues et les boulevards.Donc 50 seulement appartenaien

Réponse d'Ali Ouidani : N'est riche et aisé que celui qui l'est dans sa tête et dans son esprit et non par sa poche !
L'altruiste est celui qui fait du bien sans attendre une quelconque contrepartie pour lui-même.
Ci-après une petite histoire qui m'est arrivée et qui va dans le sens de ton écrit.
Après m'avoir présenté en tant que responsable au personnel de mon nouveau département, le grand boss m'accompagne dans mon bureau et tout en m'invitant à m'assoir dans mon fauteuil, il me dit: pense à ce que diront tes collaborateurs et tes patrons lorsque tu quittera ce fauteuil; car un jour tu seras appelé à le quitter !
 
le 15/11/2013 à 18:11

Dans une société, un Etat idéal doit disposer d'une puissance publique qui lui permette d'assurer la protection des personnes, des richesses naturelles et, le bien fondamental, la liberté des hommes et des femmes, donc de ses administrés. La survie et la recherche de plus de confort pousse les hommes et des femmes à trouver des ruses, des idées et des techniques pour améliorer leurs situations. Etat, les pouvoirs publics, orientent et contrôlent ces nouveautés, ce qui évite les conflits d'intérêts. A Goulmima, l'Etat se moque éperdument de l'intérêt général et, de plus, il avorte les actions et les initiatives des hommes et des femmes qui veulent travailler et s'en sortir. Des projets viables, créateurs d'emplois et portés par des jeunes volontaires, sont bloqués. L'eau de la séguia, la richesse de tous et de toute la région, est devenue, et les pouvoirs publics sont responsables, un égout: La séguia est une poubelle qui charrie des eaux usées, des déjections...Les responsables de ces déjections et les hommes et les femmes qui détruisent, gaspillent l'eau sont connus et signalés par les autorités tribales aux pouvoirs publics. "Ces assassins", qui démolissent une oasis en détruisant l'eau, donc la vie, ne sont nullement inquiétés, c'est au contraire les autorités tribales qui sont poursuivies, ho! Comble de la dérision, pour abus de pouvoir.

Réponse d'Ali Ouidani : En témoignent les battons dans les roues pour la construction d'une. Laverie communale que l'Association Arraw N'Ghriss était sur le pont de réaliser.
Le comble c'est que les habitants des localités avoisinantes auxquelles leur tas lite a interdit de laver leur linge dans leurs séguias viennent le faire sans soucis dans la séguia du ksar.
Plus grave encore les habitants du ksar qui voient devant leur yeux ce ''monkar'' passent leur chemin sans réagir !
Une honte !
 
le 14/11/2013 à 15:35

Suite du message:
Ma pensée est allée directement à ces pauvres petits paysans dont la vie s’est dégradée parce qu’ils n’arrivent plus à vivre de leurs parcelles agricoles épuisées et altérées par la pollution. Ces visages expriment leur désarroi avec fatalisme. C’est de cet univers de citoyens oubliés et abandonnés qu’il est question. Les voix sur place, capables de réagir ont l’eau potable chez eux et des revenus extra-agricoles. Nous sommes tous complices par notre indifférence et notre silence. Aussi sommes-nous interpellés car notre oasis est en péril sûr et immédiat.
 
le 12/11/2013 à 13:14

Au revoir Goulmima.
Comme chaque chose a une fin, mon séjour parmi les miens a aussi la sienne. Il faut répondre à l’appel d’autres sirènes. Je suis parti ce matin du samedi de Goulmima en ayant l’impression d’avoir laissé derrière moi un petit royaume où ce semblant de joie de vivre cache tout un univers de pauvreté et de privations. La simplicité des gens de cet univers n’a d’égale que l’ampleur de leur dénuement. On sourit pour dissimuler sa précarité car la dignité a encore un sens et une valeur chez ces gens-là. Ils tiennent cette témérité de nos anciens chez qui tendre la main ou voler est la pire des choses et des humiliations. Lors de ce court séjour j’ai pu noter tout cela au même temps que je respirais l’air et la poussière de la palmeraie et que je serrais les mains et échangeais des Salam avec les gens.. Connaissant leur raison de vivre, Je suis allé m’enquérir de l’état des séguias et de l’eau qui constituent l’âme de la palmeraie. Je ne trouve pas de qualificatifs pour exprimer mon amertume et ma déception. L’eau destinée à alimenter la palmeraie et à abreuver le cheptel est gris-rougeâtre et les lessiveuses sont à pied d’œuvre, les pieds et leurs lessives dans la séguia. Ma pensée est allée directement à ces pauvres petits paysans dont la vie s’est dégradée parce qu’ils n’arrivent plus à vivre de leurs parcelles agricoles épuisées et altérées par la pollution. Ces visages expriment leur désarroi avec fatalisme. C’est de cet univers de citoyens oubliés et aban

Réponse d'Ali Ouidani : Et dire que c'est avec cette eau qui était propre est limpide que nos mamans utilisaient pour cuisiner et que nous buvions que nous avons développé tout ce qui est en nous et qui a fait de nous ce que nous sommes devenus aujourd'hui ! Hélas beaucoup d'entre nous ont la mémoire courte, très courte et l'ingratitude les a envahis !
 
le 03/11/2013 à 10:48

Monsieur Ssi ali boonjour a tous les visiteurs de ce site
en lisant votre rubrique je vois que vous avez raison c est une sorte d esclavage dans la mesure ou le stagiaire apporte quelque chose comme autre fois a la boite
mais la majorite de ces jeune ne cherche que de dire a leurs etablissements de formation qu ils ont fait un stage pour qu on lui attribuer une note tres souvent le rapport est redigé par l assistance du personnel de l'entreprise adjat Aoual dadgh

Réponse d'Ali Ouidani : Certains ne rédigent pas de rapport. ils se contente d'user du copier/coller et plagient les rapports de ceux qui les ont précédés !
 
le 01/11/2013 à 09:31

CHERS AMIS(ES).BONJOUR
Pour ceux et celles qui s'intéressent aux événements politiques de notre pays,voici le lien d'une vidéo qui ,à mon avis,vaut la peine d'être visualisée et commentée.
Www..
. PATRIOTIQUEMENT VOTRE.
 
le 28/10/2013 à 21:23

Chers amis,
Je viens de créer une pétition et espère que vous pourrez la signer. Elle s'intitule: Sauvegarde de la Palmeraie de Goulmima par la construction d'un Grand Barrage sur l'Oued Ghéris..
Cette cause me tient vraiment à cœur, comme tous les Ghrissis e't Ghrissoises d'ailleurs, et je pense qu'ensemble on peut changer les choses et faire prévaloir ce droit à la protection de l’écosystème de notre palmeraie millénaire, d'une part et au développement de notre vallée. Si vous la signez puis la transmettez à vos amis et contacts, nous atteindrons bientôt notre objectif de 1000 signatures, voir plus même et aurons un moyen de pression sur les décideurs pour obtenir le reconnaissance de ce droit légitime que nous estimons être un vrai levier pour le décollage socio économique de notre région.
Pour en savoir plus et signer la pétition, cliquez ici:
De telles campagnes démarrent toujours timidement, mais prennent de l'ampleur lorsque des gens comme vous s'impliquent: prenez un instant pour s'entraider et mettre la main dans la main en signant et en faisant passer le mot.
Merci mille fois.
Cordialement Votre.

Réponse d'Ali Ouidani : Une pétition signée par 5 000 personnes a été déjà remise à la primature, mais si tu vois l'utilité d'une seconde ou même d'une troisième pétition pourquoi pas ?
Pour ton information, des sondages sont en train d'être effectués sur le site et le bornage du terrain qui supportera la construction de l'ouvrage est fait. les choses semblent bien avancer.
Pour le mur de protection de la palmeraie du coté de Loulouf, le marché a été attribué et l'entrepreneur chargé de la construction est en train de déposer ses engins pour commencer les travaux dans quelques jours.
Les actions qui ont été menées et qui continuent de l'être par une poignée de personnes commencent à donner leurs fruits et c'est tant mieux pour Ghriss
 
le 28/10/2013 à 21:15

Ses derniers temps, tu es devenu si allergique à mes écrits, qui cajolent, le plus ta nervosité, alors qu’auparavant tu y réjouissais beaucoup avec, qu’à peine postés, ils apparaissent dans la rubrique courrier des lecteurs. Je ne sais pas pourquoi ? « Ikkak ka attayne oussana » Quelqu’un t’a intrigué et manigancé, je pense. Qu’est ce que tu as avec le pessimisme, le diable et la fin du monde ? C’est garce au pessimisme, qu’on connait l’optimisme. Quant au diable, en le maudissant le plus, on côtoie Allah. Et celui qui est au voisinage d’Allah, il est en sécurité absolue. Où est donc, le problème ? Pour ce qui est de la fin du monde, c’est notre destinée finale, là où on pèse les atomes du bien ou du mal avec justesse et efficacité. N’est ce pas positif, instructif et gai ? Alors, à ma connaissance, les choses se connaissent parfaitement par leurs rivales et antagonistes : L’optimisme et le pessimisme, le bien et le mal, le paradis et l’enfer, la satiété et la faim. wa kiss 3ala dalika…. Ila akhirihi ….Etc.
Par récurrence, ton cœur qui était si large et qui sème à tout vent, avec modération et ouverture, est devenu si étriqué. Est-ce par âge ? Je ne le pense pas, par ce que je te connais jeune d’esprit. Mais, à mon avis, les barbons sont pour beaucoup de chose dans cette dissidence brusque. Dis : «Je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le lapidé » et reviens à la raison.

Réponse d'Ali Ouidani : Tu me reproches de te qualifier de Moufty, qui est un titre honorifique et tu te permets de traites les gens de barbons et moi de personne au cœur étriqué par l'âge ! Je ne vais pas polémiquer là dessus et je te dis simplement, si tu as des choses intéressantes à communiquer la rubrique t'est ouverte mais baraka des redondances et des hadiths dont la véracité est plus que douteuse !
 
le 27/10/2013 à 16:43

Cher Monsieur Berri ça y est, c'est Al Insaf wa Almousalha, tout ça est derrière Goulmima et fait désormais parti de la littérature. Je crois que c'est Zaid Oubjna qui avait dit Mkass Ikhssr yissm I goulmima Ourass nbad, awa ghrss keyine a sidna i ssin izamar noukni hat n'nghl idamn i ouidi!!! Le Grand Zaid a encore frappé avec un couteau a double tranchant. Je crois que l'esprit rebelle ghrissois est la en 2 mots. Meme le defunt souverain est un peu égratigné. Je crois qu'aux années de plomb, seuls les troubadours et les fous peuvent s'exprimer librement! Et Zaid avait souvent soulevé des sujet qui s'il sont écrits l'enverrai droit à Tazmammart. Bref c'est du passé révolu, mais ne me dite pas que les Ghrissois n’étaient pas ostracisés à cette période la. Vous soulevez à juste titre le désastre écologique du Bour Elkhorbat sur l'ensemble du Ferkla, Ghriss étant épargné. Mais pour quelque chose malheur est bon. Ce désastre a poussé les ferkli a prendre leur destin à bras le corps, et les anciens métayers sont devenus de fins mécanos, chaudronniers, électriciens, entrepreneurs qui fait que Tinejdad maintenant se complémente avec Tinghir. On sait faire des carrosseries de camions de A a Z et les tracteurs avec remorque benne. On vient de loin pour réparer sa voiture, pour souder ses portes etc. Sans oublier le tourisme qui est désormais dans la culture des ferklis. Et toute ces femmes qui affluent chaque jour a Lbour pour gagner 60DH en une journée. Ce n'est pas bcp

Réponse d'Ali Ouidani : Que Dieu fasse qu'Afrkla prospère encore plus et qu'Oubjna soit encore plus obtus que le nom qu'il porte !
 
le 24/10/2013 à 21:31

Si Ali Bonsoir,
Le couple se plaint de l’infertilité et la stérilité et on le questionne à propos de leurs enfants ? Drôle de comportement si, ce n’est pas absurde et déraisonnable. Beaucoup des gens trouve du plaisir à enfoncer le fer dans la plaie et se rassasie de la douleur des autres.
Le monde actuel est à l’envers, les gens, en descendant vers l’abîme, croyaient qu’ils grimpent et escaladent les échelles. Mais, vers ou ? Vers le néant, l’illusoire et l’utopique. La raison fut absente, l’hypocrisie gagne du terrain entre les amis et bonjour la misère ! Bonjour la discordance ! Un point d’orgue, la main du diable s’est mise de la partie.
La lueur de la fin du monde surgit à l’horizon. La chèvre rejette ses petits et court derrière le chacal. La poule, tout en caquetant, claquetant et gloussant, continue à donner des œufs. Le phénomène de contre nature se produit. Ce sont les miracles de la vie actuelle. A bons entendeurs. Merci.

Réponse d'Ali Ouidani : SSI Lahsène, Baraka de brasser le pessimisme, le diable, la fin du monde.
Quelque chose de positif, d'instructif et de gai s'il te plait.
dans un instant j'irai à la mosquée et j'écouterais avec plaisir ce que Abou Houraira a rapporté, et ça sera suffisant pour que je retrouver le bon chemin le cas échéant !
 
le 22/10/2013 à 17:35

OH!Hsaine! Comment oses-tu triturer dans une plaie cicatrisée dont ont été victimes et été torturés innocemment plusieurs jeunes.Sais-tu qu'après cinq ans,l'auteur de l'acte,qui n'est pas de Goulmima,a été dénoncé par son ex après leur divorce et qu'après son jugement,une excuse administrative et judiciaire à été adresses à la Djamaa du ksar?
STP,ramenés-toi a la sagesse et parles-nous des sujets de ton domaine que nous apprécions tant.
 
le 22/10/2013 à 15:21

(Suite)
Je cite parmi les plus étendus et plus fertiles ,laisses à la chaleur torride du soleil et à l'ensevelissement des tempêtes de sable,les bours suivants:
-CHTAME a Izilf
-AMAGHA entre Igli et touroug
TAKHALTE a Tadighouste
-OUJABRE a Taltefraoute
-MEZLAGHAD et BARA N'IESSANE a Goulmima
-AZAGHAR entre Assoul et Ait Hanni
Ces bours sont de grands greniers quand la pluviométrie est généreuse
Je termine en disant:"Quand on veut animer AHIDOUSSE on tappe sur la peau du tambourin et non sur son cadre (adage local).

Réponse d'Ali Ouidani : Je partage complètement ton point de vue
 
le 22/10/2013 à 14:55

BONJOUR LES AMIS(es)
Tout en respectant,les diverses et même divergentes opinions a propos de l'unique ouvrage déjà réalisé au bour d'EL KHORBATE et qu'on a appelé "revalorisation de la palmeraie "de cette contrée,permettez-moi de mettre ma main a la pâte .Je veux particulièrement aux plus jeunes qui ne savent grand chose sur les années florissantes de notre région en général et de la palmeraie "LKHIR BATTE" en particulier.Avant les années 75,cette oasis s'étend de SELMA a KMACHEet l'assif ferkla aux limites des trois ksours de SATTE,était un fascinant lieu paradisiaque.Les habitants avait l'autosuffisance,voire même un excédent en dattes de qualité supérieure (fa gousse entre autres),en céréales et en luzerne.Les belles vaches de race locale ,étaient de bonnes laitières,les brebis "Demmane"donnaient entré trois et six agneaux par portée .Quiconque a connu ces années prospères ,pleure aujourd'hui à grosses larmes en traversant ce défunt bosquet de palmiers et ces terres fertiles blanchie par l'aridite .Ne pensez -vous pas que c'est la reconstitution de cette palmeraie qui est prioritaire pour subvenir vraiment aux besoins des plus démunis sachant que les exploitations agricoles du bour appartiennent en majorité aux familles aisées et qui bénéficient déjà de grandes subventions de l'état?Si on tient vraiment à mettre les bours en valeur,pensons à ceux qui sont plus étendus et plus fertiles et dont la plupart des paysans nécessiteux tireront profit.( à s
   
Messages : 51 à 100
Page : 2
Nombre de messages : 428